Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesies

J'ai tendu des cordes de clocher à clocher (Arthur Rimbaud)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

J'ai tendu des cordes de clocher à clocher (Arthur Rimbaud)

J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; 
des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; 
des chaînes d'or d'étoile à étoile, 
et je danse. 

Arthur  Rimbaud
Les Illuminations
J'ai tendu des cordes de clocher à clocher (Arthur Rimbaud)

Publié dans Poésies

Partager cet article
Repost0

Nativité (Pierre Menanteau)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

  Nativité

Qui souffle le mieux sur la crèche ?
Est-ce le bœuf ? Est-ce l'ânon ?
Le père a peur qu'un d'eux ne lèche
Le sourire de l'enfançon.

Passe une étoile par le toit
Et la paille en est éblouie.
La mère a soufflé la bougie
Que cachait l'ombre de ses doigts.

Pas besoin d'une autre lumière
Que celle, longue du rayon
Qui, pénétrant dans la chaumière,
Nimbe aussi le bœuf et l'ânon.

Pierre Menanteau (1895-1992) 

 


 

Publié dans Poésies

Partager cet article
Repost0

Carillons de Noël de André Theuriet

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

           Carillons de Noël

Le vieux sonneur monte au clocher,
Jusqu'aux meurtrières béantes
Où les corneilles vont nicher,
Et, chétif, il vient se percher
Au milieu des poutres géantes. 

Joyeuses, avec un son clair,
Les voix des cloches, par le faîte
Des lucarnes, s'en vont dans l'air
Sur les ailes du vent d'hiver,
Comme des messages de fêtes.

Noël ! Noël ! ... Sur les hameaux
Où les gens rentrent à la brune ;
Sur les bois noirs et sur les eaux
Où tout un peuple de roseaux
Frissonne au lever de la lune ;

Noël ! ... Sur la ferme là-bas,
Dont la vitre rouge étincelle,
Sur la grand 'route où, seul et las,
Le voyageur double le pas,
Partout court la bonne nouvelle.

Oh ! ces carillons argentins
Dans les campagnes assombries,
Quels souvenirs doux et lointains,
Quels beaux soirs et quels doux matins
Ressuscitent leurs sonneries !

Et cette musique de l'air,
Cette gaieté sonore et pleine,
Ce chœur mélodieux et clair
Qui s'en va dans la nuit d'hiver
Ensoleiller toute la plaine, 

C'est l'œuvre de ce vieux sonneur
Qui, dans son clocher solitaire,
Fait tomber, ainsi qu'un vanneur,
Cette semence de bonheur
Sur tous les enfants de la terre.

 

            André Theuriet (1833-1907)
Poète, romancier et auteur dramatique français

 

Publié dans Poésies

Partager cet article
Repost0

L'étoile a mis le feu au buis (Maurice Carême)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

L'étoile  a mis le feu au buis (Maurice Carême)

Publié dans Poésies

Partager cet article
Repost0

Noël (Théophile Gautier)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Noël

Le ciel est noir, la terre est blanche ;

– Cloches, carillonnez gaiement ! –

Jésus est né ; – la Vierge penche

Sur lui son visage charmant.

Pas de courtines festonnées

Pour préserver l’enfant du froid ;

Rien que les toiles d’araignées

Qui pendent des poutres du toit.

Il tremble sur la paille fraîche,

Ce cher petit enfant Jésus,

Et pour l’échauffer dans sa crèche

L’âne et le bœuf soufflent dessus.

La neige au chaume coud ses franges,

Mais sur le toit s’ouvre le ciel

Et, tout en blanc, le chœur des anges

Chante aux bergers : » Noël ! Noël ! »

Théophile Gautier

Publié dans Poésies

Partager cet article
Repost0

Noël (Maurice Carême)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Noël (Maurice Carême)

Publié dans Poésies

Partager cet article
Repost0

Les sapins (Guillaume Apollinaire)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Les sapins

Les sapins en bonnets pointus
De longues robes revêtus
Comme des astrologues
Saluent leurs frères abattus
Les bateaux qui sur le Rhin voguent

Dans les sept arts endoctrinés
Par les vieux sapins leurs aînés
Qui sont de grands poètes
Ils se savent prédestinés
A briller plus que des planètes

A briller doucement changés
En étoiles et enneigés
Aux Noëls bienheureuses
Fêtes des sapins ensongés
Aux longues branches langoureuses

Les sapins beaux musiciens
Chantent des noëls anciens
Au vent des soirs d'automne
Ou bien graves magiciens
Incantent le ciel quand il tonne

Des rangées de blancs chérubins
Remplacent l'hiver les sapins
Et balancent leurs ailes
L'été ce sont de grands rabbins
Ou bien de vieilles demoiselles

Sapins médecins divagants
Ils vont offrant leurs bons onguents
Quand la montagne accouche
De temps en temps sous l'ouragan
Un vieux sapin geint et se couche

Guillaume APOLLINAIRE

Alcools (1913)

 

Publié dans Poésies

Partager cet article
Repost0