Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joyeux Noël 2019 !

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Merci à tous nos fidèles lecteurs  qui ont suivi chaque jour nos articles. Que la joie et la paix de Noël nous accompagne chaque jour de l'année... en attendant de se retrouver pour l'Avent 2020 !
Partager cet article
Repost0

Les jeux de l'Avent 2019 Solutions

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Après avoir bien cherché la solution de nos jeux, vous "donnez votre langue au chat" ? Voici les solutions de nos jeux...

 

Rébus de l'Avent 2019 N°1 : cliquer ici

Leu / joues / R /deux / la / seins / nid / col / A / deux dés / sang / brrrrr / aile / E / moins / F' / roi

Le jour de la Saint-Nicolas de décembre est le moins froid

(Pendant la fête, la chaleur humaine fait oublier le froid de l'hiver)

 

 

Rébus de l'Avent N°2cliquer ici

lait / an/ jeux / dent / n' eau / camp / pagne / on / tente/ o / nez / lime / noeud / dé / scie / yeux

Les anges dans nos campagnes ont entonné l'hymne des cieux

(chant de Noël)

 

Devinette de l'Avent : cliquer ici

Il s'agit d'un fruit de palmier utilisé sec en décoration florale. 

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

L'étoile a mis le feu au buis (Maurice Carême)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

L'étoile  a mis le feu au buis (Maurice Carême)

Publié dans Poésies

Partager cet article
Repost0

Le Messie, peut-être, ne correspond pas à celui que nous voudrions. (Laurent Gagnebin)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Nous venons de relire l'excellent texte du pasteur Laurent Gagnebin, intitulé "Noël, une fête inattendue", écrit dans la revue "Evangile & Liberté" (N°284 Décembre 2014) qui nous avait particulièrement intéressés. Nous vous en donnons la conclusion, tout en vous incitant à le lire dans son intégralité en cliquant ici

 

Le Messie, peut-être, ne correspond pas à celui que nous voudrions. Il n’est pas là où on le pensait et où on le voudrait. Il nous échappe et ne saurait être identifié ou plutôt réduit, assurément, au doux bébé rose et joufflu d’une crèche. Le Messie, annoncé depuis des siècles et des millénaires, est toujours à la fois et pour chacun d’entre nous attendu et inattendu.

Laurent Gagnebin

 

 

Publié dans Beaux textes

Partager cet article
Repost0

Rébus de l'Avent N°2

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Dicton, citation, chant, phrase humoristique ? Qui découvrira le message codé de notre rébus N°2 ?

 

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

Devinette de l'Avent 2019 : indices

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Malgré la proposition de Danie pour notre devinette de l'Avent 2019, la solution n'est pas trouvée Voici donc de nouveaux  indices. Nous attendons vos commentaires pour y répondre...

Revoir "Devinette de l'avent 2019"

- Ce que représente notre photo mesure 8 cm. x 12 cm.

- Ce n'est pas un animal

- Ce n'est pas une crosse de fougère mais c'est bien un élément du monde végétal.

 

à suivre ...

 

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

Kommet, ihr Hirten

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Veillée musicale ce soir avec ce très beau chant de Noël bohème apparu en 1605 et écrit par Karl Riedel en 1870.

 

Le voici interprété par les petits chanteurs du Dresdner Kreuzchor : Cliquer ici

 

 

Kommet, ihr Hirten,                          


Ihr Männer und Fraun!
Kommet, das liebliche
Kindlein zu schaun!
Christus, der Herr,
Ist heute geboren,
Den Gott zum Heiland
Euch hat erkoren.
Fürchtet euch nicht!
Fürchtet euch nicht!

2. Lasset uns sehen
In Bethlehems Stall,
Was uns verheißen
Der himmlische Schall!
Was wir dort finden,
Lasset uns künden,
Lasset uns preisen
In frommen Weisen.
Allelujah!
Allelujah!

3. Wahrlich, die Engel
Verkündigen heut
Bethlehems Hirtenvolk
Gar große Freud:
Nun soll es werden
Frieden auf Erden,
Den Menschen allen
Ein Wohlgefallen.
Ehre sei Gott!
Ehre sei Gott!
      

1.  

Venez, bergers, 
Venez, filles et garçons, 
venez par ici,
Allez voir cet enfant gracieux et beau 
venu dans la nuit !
 Aujourd'hui Christ est né sur la terre,
Choisi, pour nous sauver, par son Père :
 Bergers, ne craignez plus !
Bergers, ne craignez plus !

      2.   
Allons à Bethléem dans l'étable 
voir ce puissant Seigneur 
Qu'un chœur des anges loue et
 bénit comme un roi libérateur !
Ce que nous trouverons , 'faut le dire,
Par des chants, des refrains et des rires :        
Alléluia !
Alléluia !                        

      3.   

Par tout leur chant les anges 
proclament haut et fort aujourd'hui   
Au peuple des bergers que 
dans Bethléem est né le Messie !
 Maintenant, que la paix soit sur terre
Et que par son amour Dieu l'éclaire : 
Gloire à Dieu  !
Gloire à Dieu  !

 

Publié dans Chants de Noël

Partager cet article
Repost0

Quand on laisse mourir le feu de Noël (Pierre Jakez Hélias )

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Quand on laisse mourir le feu de Noël, il n'y a plus qu'un moyen de le rallumer. C'est

d'aller chercher le feu des étoiles.

Pierre Jakez Hélias   Les autres et les Miens (1979)

 

Publié dans Beaux textes

Partager cet article
Repost0

Noël (Théophile Gautier)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Noël

Le ciel est noir, la terre est blanche ;

– Cloches, carillonnez gaiement ! –

Jésus est né ; – la Vierge penche

Sur lui son visage charmant.

Pas de courtines festonnées

Pour préserver l’enfant du froid ;

Rien que les toiles d’araignées

Qui pendent des poutres du toit.

Il tremble sur la paille fraîche,

Ce cher petit enfant Jésus,

Et pour l’échauffer dans sa crèche

L’âne et le bœuf soufflent dessus.

La neige au chaume coud ses franges,

Mais sur le toit s’ouvre le ciel

Et, tout en blanc, le chœur des anges

Chante aux bergers : » Noël ! Noël ! »

Théophile Gautier

Publié dans Poésies

Partager cet article
Repost0

Pommes d'ambre

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Décor traditionnel de Noël aux délicieux parfums d'épices et d'agrumes, les pommes d'ambre sont les descendantes végétales des boules médiévales contenant de l'ambre ou du musc, portées à la ceinture dans un but prophylactique.  Nous vous en offrons en petit format avec des clémentines et grand format avec une orange. A vous de créer vos interprétations. Une fois sèches, elles parfument encore toute l'année les placards de cuisine...

 

Pour les clémentines , piquer dans l'écorce des clous de girofle en motifs ou uniformément. On peut aussi suspendre les pommes d'ambre dans le sapin : nouer un cordonnet doré à une étoile de badiane et faire une boucle à l'autre extrémité. Trouer de part en part la clémentine (avec une aiguille à tricoter) et passer le cordonnet avec un crochet.

Pour l'orange, décorer également l'écorce avec des clous de girofle. Ôter une petite tranche au sommet et creuser un espace assez grand pour y glisser une bougie chauffe-plats.

Plus on met de clous de girofle, plus les fruits se dessécheront et se rétracteront tels des momies odorantes.

 

 

Publié dans Traditions

Partager cet article
Repost0

Quand il s’agit de donner ses pleines potentialités à une situation, rien n'est impossible à Dieu (J. Woody)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Quand il s’agit de donner ses pleines potentialités à une situation, rien n’est
impossible à Dieu (extrait de la prédication de James Woody le 1er décembre 2019)

 Lire le texte intégral de la prédication

Luc 1/26-38

26 Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, 27 auprès d’une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie. 28 L’ange entra chez elle, et dit: Je te salue, toi à qui une grâce a été faite; le Seigneur est avec toi. 29 Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation. 30 L’ange lui dit: Ne crains point, Marie; car tu as trouvé grâce devant Dieu. 31 Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. 32 Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. 33 Il régnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin. 34 Marie dit à l’ange: Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ? 35 L’ange lui répondit: Le Saint -Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. 36 Voici, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois. 37 Car rien n’est impossible à Dieu. 38 Marie dit: Je suis la servante du Seigneur; qu’il me soit fait selon ta parole ! Et l’ange la quitta.

 

Chers frères et sœurs, peut-on croire l’ange qui dit à Marie que rien n’est impossible à Dieu ? Peut-on croire le messager de Dieu qui dit que rien n’est impossible à Dieu quand on voit l’état du monde, quand on examine ce qu’est la vie quotidienne ? Si rien n’est impossible à Dieu, soit il nous a oublié, soit… soit le problème n’est pas du côté de Dieu, mais du nôtre.

(...)

Nous sommes habitués à voir ce que nous connaissons. Mais nous avons toutes les peines du monde à voir ce que nous ignorons, ce que nous ne connaissons pas encore. Et c’est on ne peut plus normal. Nous reconnaissons ce que nous connaissons déjà. Mais nous avons du mal à identifier ce que nous n’avons encore jamais vu. Or Dieu est du côté de l’inattendu. Les messagers de Dieu ont donc pour fonction de nous aider à discerner la nouveauté de Dieu dans un univers auquel nous sommes tellement habitués que nous n’y faisons plus beaucoup attention. Les anges sont là pour bousculer nos habitudes, pour nous sortir des ornières, des chemins tous tracés. Les anges sont là pour nous faire prendre conscience qu’il y a des changements possibles qui peuvent renouveler notre vie et celle de nos proches.

Les anges sont ceux qui nous font découvrir des situations par lesquelles nous pouvons comprendre que nous sommes, nous aussi, capables d’innover, capables de faire preuve d’audace et de viser haut. En prenant l’exemple d’Élisabeth, la cousine de Marie, Gabriel résonne sur le mode du « a fortiori » : si Elisabeth, vieille et stérile, peut être enceinte, « a fortiori » est-il possible que tu sois enceinte, toi aussi, Marie. Et, bien entendu, si cet exemple s’applique au domaine de la naissance, « a fortiori » vaut-il aussi dans les autres domaines de l’existence.

Dieu, c’est ce qui nous rend capables d’accomplir ce que notre timidité nous empêche d’accomplir. Et rien n’est impossible à Dieu quand il s’agit de rompre ces liens qui nous retiennent d’être féconds, de porter du fruit dans les différents domaines de notre quotidien. Dieu, c’est ce qui rend les personnages bibliques suffisamment confiants pour faire preuve d’audace. Dieu, c’est ce qui suscite des messagers de la vie, des messagers de la confiance, des messagers de l’audace, pour que nous nous sentions autorisés à dire oui à la vie, à la vie en plénitude.

Amen

 

Publié dans Beaux textes

Partager cet article
Repost0

DEvinette de l'Avent 2019

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Un jeu finit, l'autre commence ... Qui trouvera ce que représente cette photo ?

 

Partager cet article
Repost0

Dona nobis pacem (Mozart)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

"Dona nobis pacem" (Donne-nous la paix)

"Dona nobis pacem" (Donne-nous la paix) est un canon inspiré d'une partie de la messe catholique en latin, l'Agnus Dei,  invocation à l'Agneau de Dieu de faire miséricorde et d'accorder la paix aux fidèles. Cette formule  aurait été inscrite dans la messe par le pape Serge 1er en 687, à la fin de la formule latine :
« Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, miserere nobis.
Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, miserere nobis.
Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, dona nobis pacem. »
(Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde, aie pitié de nous... donne-nous la paix)

L'origine de la mélodie, probablement traditionnelle, a été attribuée à Mozart.

Le "Dona nobis pacem" était aussi  chanté symboliquement en RDA, en particulier à Leipzig et à Berlin, à l'issue des «manifestations du lundi »,  rassemblements organisés par les Églises protestantes dans les années 1980,  comme mouvements de protestation et symboles de l’opposition au régime  jusqu'à la chute du mur de Berlin.


Ecouter la superbe interprétation par le St. Olai Motettkör sous la direction de Leif Ahlberg : https://youtu.be/OSdGW_HBrLE

 

 

Publié dans Chants de Noël

Partager cet article
Repost0

Rébus de l'Avent N°1 : indices

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Notre  Rébus de l'Avent 2019 N°1.... est toujours en attente de solution ! Comme
promis, voici un troisième indice qui devrait permettre de finir la phrase incomplète trouvée par Danie*. 

 

1er indice : Il s'agit d'un dicton ancien lié au jour de publication de notre article ...

2ème indice : L'image à la deuxième ligne représente deux dés ... 

 

​​​​​​​3ème indice :  L'image suivante correspond à : sang 

 

 

*L'ébauche de phrase trouvée par Danie est :  Le jour de la saint Nicolas, dés..... est le moins froid . Alors...?

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

Figues fourrées aux noix

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Petit tour en Provence ou en Sardaigne pour cette douceur de Noël, délicieuse et très facile à réaliser.

 

Pour 4 personnes

Temps de préparation : 15 mn

Temps de cuisson : 10 mn

 

Ingrédients

12 figues sèches moelleuses

12 cerneaux de noix

6 lanières d'écorce d'orange confite

Cannelle en poudre

 

Préparation

Préchauffer le four à 200°

Inciser horizontalement les figues à la base.

Saupoudrer l'intérieur de cannelle et insérer un cerneau de noix et la moitié d'une lanière d'écorce d'orange coupée en tout petits morceaux.

Refermer les figues en pressant bien.

Mettre les figues sur une plaque couverte de papier de cuisson et les faire dorer une dizaine de minutes jusqu'à ce qu'elles caramélisent un peu.

Les sortir et les déguster tièdes ou froides.

 

 

Publié dans Recettes de l'Avent

Partager cet article
Repost0

La légende de la bruyère

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Peu de fleurs pour éclairer le jardin en hiver ... sauf la brave petite bruyère dont nous avons trouvé la légende, d'origine écossaise parait-il.

 

Lors de la création du Monde, regardant les ingrates collines d'Écosse, Dieu se dit qu'elles seraient bien belles, couvertes d'arbres et de fleurs.

Il demanda au Grand Chêne, le plus fort et le plus beau des arbres, s'il était prêt à embellir ces paysages. Le chêne répondit qu'il avait hélas besoin d'un sol riche et profond…

Dieu se tourna alors vers le Chèvrefeuille, liane parfumée, mais celle-ci, sans un support, mur ou un grillage, ne saurait être heureuse…

Dieu pensa enfin à la Rose, reine des fleurs, mais elle ne se sentait pas le courage d'affronter le froid, la pluie et le vent…

Un peu désemparé, Dieu aperçut alors une petite plante toute simple, au feuillage

toujours vert, portant de jolies fleurs roses ou blanches, c'était une Bruyère. Celle-ci hésita, ne sachant si elle serait à la hauteur de la tâche. Mais comme c'était une demande de Dieu, elle décida d'essayer. Touché par son courage et sa détermination, Dieu décida alors de la récompenser de trois présents. C'est ainsi que la bruyère fût dotée de trois belle vertus : la robustesse du chêne, le parfum délicat du chèvrefeuille et la douceur sucrée de la rose.

 

Publié dans Traditions

Partager cet article
Repost0

Quatre flammes pour Noël

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Voici un beau conte  inspiré d'un texte de la communauté chrétienne de Brossard, au Québec. Bonne lecture...

 

C'est le soir de Noël. Toute la maisonnée parle et rit pendant qu'un enfant se glisse dans la salle à manger et s'approche de la table décorée. Au milieu des décorations, l'enfant remarque quatre belles bougies dont les flammes brillantes dansent pleines de vie et semblent tenir conversation... 

"Moi, je suis la lumière de la paix, dit la première flamme, et je me demande pourquoi je brûle? Qui croit encore en la paix? Regardez ces guerres partout... Ces gens innocents qui meurent... Regardez ces violences à l'école... Regardez ces disputes à la maison... Je suis la lumière de la paix et je ne sers à rien! Personne ne désire plus m'accueillir ou me propager..." En disant ces mots, la première flamme, celle de la paix s'éteignit. 

La deuxième flamme prit aussitôt la parole:
 "Moi, je suis la lumière de l'amour et je me demande aussi si je  vais continuer à brûler. Aujourd'hui, les gens s'enferment et ne pensent qu'à eux... Leur seule lucarne, c'est l'écran de télé! Là, ils voient bien qu'il y a plein d'enfants qui n'ont pas à manger ou qui souffrent; ils voient aussi, d'un œil distrait, les reportages sur les personnes seules et sur les gens à la dérive... Ils voient tout cela mais ils restent assis dans leurs fauteuils... Ils ne font rien... Ils ne bougent pas le petit doigt. Et moi, je vis pour être donnée, pour être partagée... Alors à quoi bon vivre, à quoi bon continuer à brûler?"
 En disant cela, la deuxième flamme, celle de l'amour s'éteignit.

La troisième bougie de Noël prit la parole:
 "Moi, je suis la lumière de la foi. Cela fait des années que je dis: "Ayez confiance en Dieu! Il est là avec nous! Il peut nous accompagner, nous épauler, nous porter..." Mais qui croit en ces paroles? Qui a confiance en Dieu? Qui s'appuie sur lui? Je crois que je suis moi aussi inutile... Les gens n'ont plus besoin de moi..."
Et la troisième flamme, celle de la foi, s'éteignit.

Il ne restait plus qu'une flamme et l'enfant était devenu triste parce que la belle table de Noël était presque dans l'obscurité.
L'enfant dit à la dernière flamme: "Alors, toi aussi tu vas t'éteindre?"
Seule, mais plus vive que jamais, la quatrième flamme lui répondit:
"Non! Je vais continuer à briller! Toujours! Je suis la lumière de l'espérance... C'est moi qui vous permets de tenir pendant les moments de tristesse, de découragement. Je suis la lumière qui jaillit dans la nuit, dans le doute, dans le froid pour illuminer les terres humaines. Je suis le petit enfant de Bethléem qui sème et qui sème encore, et qui rallume toutes les vies éteintes... Et je serai toujours là!"

 L'enfant médita un instant ces paroles... Il comprit que la flamme espérance pouvait redonner vie à toutes les autres flammes. Il prit alors entre ses mains la petite lueur et ralluma bien vite les trois autres mèches: celles de la paix, de l'amour et de la foi. Et toutes ces flammes brillèrent d'un si grand feu qu'elles illuminèrent le cœur de tous les convives !
 

 

Publié dans L'heure du conte

Partager cet article
Repost0

Le silence et le mystère

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Aujourd'hui nous avons voulu reprendre un Noël de notre vieux "Louanges & Prières" pour chanter paisiblement en ce temps de l'Avent. 

Le texte  est de   Ruben Saillens (1887), pasteur baptiste né en 1855 à Saint-Jean-du-Gard et mort en 1942 à Condé-sur-Noireau, et auteur ou traducteur de 160 cantiques, dont a célèbre "Cévenole". La mélodie est du compositeur anglais Smart (1813-1897).

Nous vous joignons la partition et un accompagnement musical : Le silence et le mystère de cantiques karaokes

1. Le silence et le mystère

Couvrent bois, champs et cités.

« Gloire à Dieu, paix sur la terre,

A tous bonne volonté ! »

Mais d’où sont ces sons étranges,

Si puissants, ces mots si doux ?

Bergers, c’est la voix des anges,

Leur message est bien pour vous !

 

2. Jésus, que la terre appelle

De ses vœux et de ses pleurs,

Celui qui ôtera d’elle

Son fardeau et ses douleurs ;

Fils promis à une femme,

Le Sauveur prédestiné,

L’espérance de nos âmes,

Le Libérateur, est né !

 

3. Née d’Adam, viens, race humaine

Viens, adore ici ton Roi !

Du ciel, son royal domaine,

Il s’abaisse jusqu’à toi

La crèche est pour lui la porte

Qui le mène à son tombeau.

Mais pour toi, pauvre âme morte,

Cette crèche est un berceau.

 

4. « Gloire à Dieu, paix sur la terre,

A tous bonne volonté ! »

Jésus est le Fils du Père

De tendresse et de bonté.

Joignons-nous au chœur des anges,

Ensemble élevons nos voix,

Pour célébrer ses louanges

Depuis la crèche à la croix !

 

 

 

Publié dans Chants de Noël

Partager cet article
Repost0

Le plus beau cadeau (Raymond Richard)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Le plus beau des cadeaux

 

Noël ! Que nous apportes-tu 

Dans tes bras si fragiles ? 

Un cheval ? Une automobile ? 

Un Pierrot au chapeau pointu ? 

 

Noël, que nous apportes-tu ? 

Nous apportes-tu dans ta hotte 

Des oranges, du chocolat, 

du pain d'épices, des nougats 

Des pralines, des papillotes ? 

 

Qu'y a-t-il au fond de ta hotte ? 

Des joujoux, bien sûr, c'est parfait 

Et c'est si bon les friandises ! 

Mais, dans tes menottes exquises 

Trouverons-nous d'autres bienfaits ? 

 

Noël, apporte-nous la Paix ! 

 

Raymond Richard 

 

Publié dans Beaux textes

Partager cet article
Repost0

Rébus de l'Avent 2019 N°1

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Et voici le rébus du jour! Qui en trouvera la signification? Aurez-vous besoin d'indices ? Nous sommes curieux de le savoir...

Vous perdez patience ? Rendez-vous dans notre article  : Rébus de l'Avent 2019 N°1 : indices

Rébus de l'Avent 2019 N°1

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

Que le Dieu de l'espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Que le Dieu de l'espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix

Publié dans Beaux textes

Partager cet article
Repost0

Le blé de la Sainte-Barbe

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

4 décembre : c'est la Sainte-Barbe ! Reprenant une vieille tradition provençale nous avons semé du blé dans trois coupelles. Germera-t-il pour Noël ? Passionnant suspense....

Sainte-Barbe ou Sainte Barbara vierge et martyre de Nicomédie au IIIème siècle, aurait été la fille de Dioscore, un riche édile, qui voulut la marier de force. Comme elle refusa, il l'enferma dans une tour où elle se convertit au christianisme lors de visite d'un prêtre se faisant passer pour médecin et fit ouvrir une troisième fenêtre dans la tour en symbole de la Trinité.

De rage, Dioscore mit feu à la tour. Barbara réussit à s'échapper et se cacher dans la fente d'un rocher mais un berger la dénonça à son père qui la somma d'abjurer. Il la conduisit devant le tribunal qui la fit torturer puis demanda à son père de lui trancher la gorge. Le châtiment du ciel fut terrible : Dioscore mourut, frappé par la foudre et réduit en cendres. Quant au berger, il fut changé en statue de pierre et son troupeau en sauterelles.

En souvenir de cette sainte populaire, les Provençaux ouvre la Calendale, saison des fêtes de Noël, par cette coutume très suivie de semer des grains de blé ( de lentilles ou de pois chiches) dans trois coupelles représentant la Trinité sur du coton arrosé chaque jour pour faire germer les pousses. Les coupelles sont placées à côté de la crèche jusqu'au grand souper de Noël où elles décorent joliment de leur verdure la table des treize desserts, ornées de rubans jaunes et rouges pour tenir les pousses.

La tradition vient de la crainte ,dans l’antiquité romaine, qu’avec le déclin du jour en hiver, la terre nourricière ne s’endorme et n’oublie ses fonctions. Ayant observé que les jours s’allongeaient à nouveau en décembre , il mirent en place ce rituel de faire germer diverses graines dans des jattes qui, étaient placées à l’entrée des champs une fois la germination réalisée, comme une sorte de modèle donné à la terre.

La coutume devient un symbole de prospérité selon l'adage populaire :« Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn ! » : Quand le blé va bien, tout va bien !

 

Alors : à vos coupelles pour faire germer votre blé ou vos lentilles et rapportez-nous vos résultats en commentaires ! Nous vous dirons aussi où en sont nos pousses !

 

Publié dans Traditions

Partager cet article
Repost0

Mendiants café et noix

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

A grignoter les soirées de fêtes ou à offrir  en sachet, voici une variante très simple et originale de mendiants. 

 

Pour une vingtaine de bouchées

Temps de préparation : 10 mn.

Attente : 2 à 3 h.

 

 

 

Ingrédients

150 g de chocolat blanc

100 g de cerneaux de noix

Essence de café

 

 

 

 

Préparation

 

Broyer la moitié des noix en fines miettes.

Faire fondre le chocolat au micro-ondes (30 secondes environ).

Ajouter quelques gouttes d’essence de café, pour un parfum plus ou moins prononcé selon le goût.

Sur une plaque recouverte d'une feuille de cuisson, déposer des petits tas de chocolat café-noix.

Poser les cerneaux de noix restant sur chaque disque de chocolat, en appuyant un peu.

Laisser prendre 2 à 3 h. au frais puis décoller délicatement les mendiants.

Publié dans Recettes de l'Avent

Partager cet article
Repost0

Notre conte 2019 : Le portrait

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

 

 

 

 

 

Lundi 2 décembre 2019

Un soir de grand rangement dans le grenier, nous avions retrouvé un vieux portrait d’un grand-oncle. En passant un chiffon sur la photo d’art cerclée d’un cadre impressionnant, nous nous efforcions de retrouver son nom, mais en vain. Le beau moustachu restait anonyme.

Soudain, sur la vitre protectrice, nous apparut le reflet de … notre amie, la femme sans âge.

Souvenez-vous, la femme sans âge du pays de n’importe où, qui raconte des histoires de n’importe quoi et qui rend visite, les nuits sans lune, à n’importe qui pour raconter des histoires si étonnantes que l’on ne peut s’empêcher de les écouter et … d’y croire.

 

Tout contents de faire une pause, nous lui accordâmes notre plus grand sourire en posant notre chiffonnette :

« Bonsoir, bonne amie ! Comme vous tombez bien ! Nous cherchons en vain le nom de ce grand-oncle dont le nom n’est pas mentionné sur cette belle photo. Vous qui connaissez tant de choses, vous saurez peut-être nous le dire ? »

Elle nous rendit notre sourire :

« Ah, ah mes bons amis ! J’aimerais bien vous aider car il est important de garder le souvenir de ses ancêtres mais je ne connais pas les noms de votre pays... »

Reprenant un air très concentré elle se pencha vers nous :

« Mais cessez de frotter ce portrait et rangez ce chiffon car cela me rappelle une histoire du pays de n’importe où... »

Nous obtempérâmes, et nous installâmes confortablement, tout à son écoute :

« Il y avait, en un autre temps, au pays de n’importe où ... »

Mardi 3 décembre 2019

Il y avait, en un autre temps, au pays de n’importe où, une famille bien sympathique qui habitait une demeure ancienne dotée d’un long couloir orné de portraits de famille. Il y en avait de toutes sortes : des grands, des petits, des hauts, des longs, des carrés, des ronds… Tous représentaient des ancêtres de la famille et chacun se plaisait à les regarder de temps à autre pour rappeler les grands et les petits souvenirs . Le portrait préféré de tous était celui d’un ancêtre, mort encore jeune et particulièrement beau, qui avait fait beaucoup de bien autour de lui, apportant la paix et la joie partout où il passait. On le surnommait « le Bel Ancêtre ». La famille bien sympathique le prenait un peu pour modèle espérant faire régner toujours cette paix en son sein.

Mais, mais, il se trouve que tous ces efforts étaient régulièrement brisés par l’un de ses membres, un jeune homme très beau et curieusement en tous points semblable au Bel Ancêtre, mis à part un tout petit grain de beauté logé au bas du lobe de son oreille gauche qu’il caressait de temps à autre. S’il était la réplique physique du Bel Ancêtre, il était en revanche son opposé pour le caractère. Être suffisant, imbu de sa personne, il estimait que tout lui était dû, que rien n’était assez bien pour lui. Il était le seul de la famille bien sympathique à ne pas admirer le Bel Ancêtre, trop faible à ses yeux. En fait, sans pouvoir le dire, il détestait cordialement son portrait évitant de le regarder lorsqu’il passait dans le couloir.

Mercredi 4 décembre 2019

Depuis son plus jeune âge, le Beau Détestable entendait les comparaisons avec le Bel Ancêtre. « Comme il lui ressemble, il est aussi beau que le Bel Ancêtre, il sera aussi un modèle de paix et de joie ... » Et plus son entourage insistait, moins il se sentait exister. Un jour, il commença à penser : « Mais je suis le plus beau, donc le meilleur et personne n’a à me dire ce que je dois faire . Désormais je ne ferai plus que ce qu’il me plaira de faire ! Quant au Bel Ancêtre, je n’ai rien à voir avec lui et je hais ce portrait parfaitement ridicule !»

Et commença pour la famille si sympathique une longue série de désillusions et de déceptions.

Le Beau Détestable allait ou n’allait pas en classe, selon que l’enseignement du jour lui plaisait ou non. Il cessa de fréquenter les amis honnêtes, trop simples et prévisibles, pour retrouver des comparses plus flatteurs mais dangereux. L’argent de poche que lui donnait sa famille ne suffisait plus pour satisfaire ses caprices et suivre ses nouveaux compagnons, il entrait dans des rages folles jusqu’à obtenir satisfaction. Plus âgé, il se mit à jouer dans des cercles où il gagna beaucoup d’argent mais se compromit aussi largement pour ne pas perdre. Il revenait dans sa famille, imbu de sa personne, méprisant et écrasant tout le monde de sa morgue et de son argent.

La famille bien sympathique était consternée. Elle essayait de l’entourer, espérant le voir revenir à de meilleurs sentiments. Mais en vain. Chaque fête de famille, si paisible et si joyeuse autrefois devenait un long supplice plein de conflits suscités par le Beau Détestable.

Jeudi 5 décembre 2019

A l’occasion de chaque fête, anniversaire, mariage ou autre réunion de famille, le Beau Détestable trouvait les moyens les plus subtils de vexer et d’attrister : il offrait des cadeaux désagréables , il soufflait les bougies du gâteau à la place de l’impétrant, il rappelait des événements tristes à faire pleurer toute l’assistance, il imposait la présence de ses comparses douteux sans prévenir, il engageait des discussions politiques qui opposaient les uns contre les autres, il tournait en dérision les qualités des personnes honorées … Bref,chaque occasion de se réjouir ensemble devenait un véritable supplice pour l’assemblée. Et pourtant la famille bien sympathique ne voulait pas l’exclure et espérait toujours qu’avec le temps le Beau Détestable s’améliorerait et deviendrait semblable enfin au Bel Ancêtre.

« Ah ! murmurait-on dans le couloir en passant devant le portrait du Bel Ancêtre, pourquoi le Beau Détestable n’a-t-il hérité que de tes traits ? Si seulement il pouvait apporter aussi la paix et la joie comme tu le faisait ! »

A force d’entendre ces remarques, le Beau Détestable finit par prendre en grippe le Bel Ancêtre et ... ne plus pouvoir le voir en ... portrait ! De rage, il saisit un soir le lourd portrait et le retourna face contre le mur !

Vendredi 6 décembre 2019

Le cadre du portrait, richement décoré, tapa rudement contre la cloison en émettant un son étrange, comme un « aïe ! ». Le Beau Détestable s’éloigna en grommelant : « et maintenant, les portraits se mettent à geindre ! ». Il se pinça le lobe de l’oreille et se rendit à son cercle de jeu pour oublier toutes ses contrariétés.

Le portrait passa toute la nuit face contre le mur. Le lendemain matin arriva Felicia, la jeune femme de ménage, toute mignonne et toute pimpante. Elle chantonnait en permanence des petites mélodies très gaies mais inconnues de tous en faisant glisser son chiffon : « La-li-lou-li-la.. ! » et ffft-ffft ! Tout était propre ! Quand elle vit le dos de la grande photo elle cessa net de gazouiller : « Oh pauvre Bel Ancêtre ! Que vous est-il arrivé? Ne craignez rien, je vais vous remettre en place et vous pourrez à nouveau sourire à toute la famille bien sympathique ! ».

Elle retourna le portrait et reçut aussitôt le large sourire du Bel Ancêtre. « La-li-lou-li-la.. ! » . Felicia en profita pour passer son chiffon sur le bout du nez du Bel Ancêtre : ffft-ffft , et il lui sembla que le héros plissait les yeux : « Mille excuses, Bel Ancêtre ! Je ne voulais pas vous faire éternuer ! ». Elle s’éloigna, continuant d’agiter son chiffon : ffft-ffft !

Samedi 7 décembre 2019

Felicia, toute légère, continua son chemin en chantonnant « La-li-lou-li-la.. ! » quand elle entendit derrière elle « ‘tchoum ! ». Elle sourit, amusée : « J’ai vraiment dérangé le Bel Ancêtre  avec mon petit chiffon! Une fois de plus il a fait des siennes avec son ffft-ffft ! si étrange ».

C’était bien le Bel Ancêtre qui avait éternué dans son cadre !

En découvrant ce prodige, le Bel Ancêtre commença à s’animer dans son portrait. « Hum, hum ! Il me semble que je reprends vie ! Il me plairait bien d’apporter un peu de joie à ma si sympathique famille ! Comment pourrais-je m’y prendre ? »

« Je vais commencer par faire sourire tous ceux qui passent devant moi. » Et le Bel Ancêtre accentua son beau sourire. Les uns et les autres défilèrent toute la journée devant le portrait sans trop comprendre pourquoi une irrésistible envie de sourire, de rire, ou même de chanter les prenait chacun leur tour. Mais comme il s’agissait d’une famille bien sympathique, le phénomène ne parut pas exceptionnel.

Quoique.

Dimanche 8 décembre 2019

Un membre de la famille ne fut pas sensible à l’atmosphère joyeuse qui régnait : le Beau Détestable. Bien au contraire, il trouva très louche et désagréable cette collection de sourires dans la famille. Il leur trouva aussitôt les qualificatifs les plus désagréables : sourire béat, sourire niais, sourire mordant, sourire las, sourire provoquant, sourire narquois, et finalement, sourire hideux !

En entendant toutes ces dérisions, les membres de la famille peu à peu perdirent leurs beaux sourires et, une fois de plus la morosité les envahit par la faute du Beau Détestable.

Apercevant la scène de loin, le sang du Bel Ancêtre ne fit qu’un tour dans l’encre du portrait : « Hum, hum ! Cela ne peut continuer ainsi ! Je ne peux rester témoin des méchancetés de mon indigne descendant sans réagir ! » Mais comment faire lorsque l’on est emprisonné dans un portrait ? Le Bel Ancêtre essaya de bouger mais il restait plaqué sous la plaque de verre…

Dans l’effort, il accentua son sourire, juste au moment où le Beau Détestable passait, ricanant encore de l’effet produit par ses dernières critiques. Il remarqua le sourire particulier du Bel Ancêtre : « Et lui, là ? Il se moque carrément de moi avec son sourire plein de dents ! Qu’il regarde ailleurs, à la fin ! ». Et il retourna à nouveau le portrait contre le mur.

Lundi 9 décembre 2019

Cette fois le Bel Ancêtre fut très mécontent : « Je dois trouver une solution ! Je ne vais pas passer toutes mes nuits, le nez sur le mur ! Ce jeune blanc-bec insolent commence à m’insupporter vraiment !»

Le lendemain matin, il entendit de loin la chansonnette « La-li-lou-li-la.. ! ». « Felicia et son chiffon magique qui donne vie aux objets!J e suis sauvé ! ». La jeune femme de ménage, toute mignonne et toute pimpante arriva et s’étonna de trouver encore le portrait face au mur . Elle le regarda droit dans les yeux et d’un air malicieux s’adressa à lui : « Comment est-ce possible, Bel Ancêtre, Vous voilà encore tour retourné ! A croire que vous reprenez vie et cherchez à vous échapper ! »

Elle le remit en place et, ffft-ffft ! elle promena son étrange petit chiffon sur le nez du Bel Ancêtre qui se sentit frémir dans son cadre et éternua de nouveau : ‘tchoum !Felicia se mit à rire : « Mais c’est bien ça, vous reprenez vie , Bel Ancêtre !N’auriez-vous pas envie de faire une petite promenade ? »

Le Bel Ancêtre allait lui répondre lorsque Felicia fut appelée au bout du couloir. « La-li-lou-li-la.. ! » Toujours joyeuse, elle s’éloigna en oubliant son chiffon sur l’angle du portrait.

Mardi 10 décembre 2019

Le Bel Ancêtre grommela : « C’est bien ma chance ! La proposition de Felicia me plaisait bien ! j’aurais bien aimé sortir de ce cadre pour aller faire un petit tour dans la maison... J’aurais pu aller voir dans le couloir le portrait de ma chère femme… j’aurais pu me réchauffer auprès de l’âtre… j’aurais pu fureter dans la cuisine pour grignoter quelques douceurs de l’Avent ... j’aurais pu écouter les jolis chants de Noël chantés chaque soir … j’aurais pu profiter de l’ambiance si paisible par ma sympathique famille … enfin, quand le Beau Détestable ne gâche pas tout par ses méchancetés ! Et, justement, j’aurais pu aussi essayer de raisonner ce descendant si décevant !»

Le Bel Ancêtre commença à s’agiter , plein d’impatience, mais ne réussit qu’à se cogner le front contre le verre du portrait. Hélas, il devait se résigner à demeurer là, immobile.

Il reprenait son éternelle pose souriante quand soudain, il sentit comme un petit chatouillis au-dessus de sa tempe. « Que se passe-t-il donc ? Ah comme j’aimerais pouvoir bouger ! » pensa-t-il.

- « ffft-ffft ! mais c’est possible si tu le veux vraiment… ffft-ffft ! »

- « Qui me parle donc ? Bien sûr, je veux vraiment sortir… ! »

- « ffft-ffft ! Alors, lève les yeux vers le haut du portrait, tu me verras !ffft-ffft ! »

Le Bel Ancêtre dans un effort sublime réussit à relever les yeux et découvrit un bien étrange reflet...

Mercredi 11 décembre 2019

C’était le reflet du chiffon de Felicia ! Ffft-ffft ! Il s’agitait tout seul, frottant et refrottant le portrait. « ffft-ffft ! Essaie de m’attraper ! »

« Allons bon ! Un chiffon qui parle ! Quelle bizarrerie ! Mais, après tout, réfléchit le Bel Ancêtre, j’éternue aussi et je pense !Ce monde est magique ! Je vais essayer de l’attraper ! »

Le Bel Ancêtre se mit à balancer au rythme des frottements du chiffon et, peu à peu, il se sentit glisser vers le haut du portrait, se dégageant enfin du papier glacé. ffft-ffft !il sentit le chiffon et son drôle parfum de cire passer sur son visage : il était tout à fait dehors maintenant. « ‘tchoum!arrête de frotter, étrange chiffon, tu me fais éternuer ! » Et le Bel Ancêtre se prit à rire , heureux d’avoir repris vie.

« ffft-ffft !reprit le chiffon, attention, Bel Ancêtre, tu peux profiter de cette sortie la nuit durant mais tu dois reprendre ta place avec mon aide dans le portrait dès que le jour se lève . Sinon tu disparaîtrais à tout jamais ! »

L’occasion était trop belle, le Bel Ancêtre promit aussitôt de ne faire qu’une petite promenade dans la maison et de revenir bien avant le lever du jour. Il prit une grande bouffée d’air qui lui redonna son volume d’autrefois et il s’engagea dans le couloir.

Jeudi 12 décembre 2019

Comme il en rêvait depuis longtemps, le Bel Ancêtre se rendit tout de suite vers le portrait de sa chère épouse. Il la trouva un peu tristounette et il lui adressa son magnifique sourire mais elle semblait regarder si loin qu’elle ne pouvait le voir. « Il faudra demander au chiffon magique s’il peut aussi la sortir de là, songea-t-il » Mais le chiffon avait disparu.

« Quel dommage ! Mais continuons notre petite promenade avant que le jour ne pointe ! » Et le Bel Ancêtre entra, au bout du couloir dans la cuisine où il découvrit une pyramide de petits gâteaux cuits le jour même. Ils sentaient bon la cannelle et la noisette. Il voulut en déguster quelques uns mais, hélas il ne put les avaler ! Eh, oui , il n’était qu’un portrait en promenade ! Il s’approcha alors de l’âtre pour sentir à nouveau le plaisir de la chaleur mais il n’eut aucune sensation sauf, une petite odeur de papier brûlé…. Il n’eut que le temps de s’écarter pour éviter de s’enflammer, pauvre portrait en promenade!

Le Bel Ancêtre était encore tout palpitant de sa mésaventure lorsque son attention fut attirée par des bruits de plus en plus forts.

Vendredi 13 décembre 2019

Les bruits venaient du grand salon : il y avait des grincements, des claquements, des sifflements, des cognements de plus en plus intenses. Intrigué et un peu inquiet, le Bel Ancêtre s’approcha doucement. De grandes ombres passaient et dansaient devant la lumière vive laissée par la porte grande ouverte.

« Hum, hum ! Que se passe-t-il donc ici ? Habituellement j’entends de loin les doux chants de l’Avent retentir ! D’où vient donc ce vacarme et cette agitation ? »

Prudemment, le Bel Ancêtre glissa sa fine silhouette dans l’encadrement de la porte sans se faire remarquer. Mais comment aurait-il d’ailleurs pu se faire remarquer ? Le grand salon était complètement envahi par toute la maisonnée qui tentait de hisser un immense sapin. Il fallait pousser le grand piano, protéger les beaux vases de Chine sur les guéridons qui commençaient à tourner sur eux-mêmes, rattraper les tentures emportées par la pointe de l’arbre, tirer à hue, puis à dia...Chacun ajoutait son commentaire, son conseil, son ordre dans un joyeux tohu-bohu. C’était déjà l’événement de la période de l’Avent du temps du Bel Ancêtre qui se mit à rêver en se rappelant de beaux souvenirs….

Il était bon de retrouver la famille si sympathique…

Samedi 14 décembre 2019

Finalement, le sapin fut installé, trônant majestueusement au milieu du salon. Sa décoration pouvait commencer. Les guirlandes furent lancées, placées harmonieusement, puis les tranches d’oranges séchées, les petits sujets en bois, les glaçons translucides… Chacun chantait joyeusement des cantiques de Noël et les précieux cartons contenant les boules si fragiles allaient être ouverts lorsque qu’un grand courant d’air fit tout remuer, jusqu’à la pointe du sapin. Les chants s’arrêtèrent nets et le silence glaça les veines de papier de notre Bel Ancêtre.

Une grande ombre apparut à l’entrée de la pièce : le Beau Détestable !Il revenait, épuisé par une après-midi de jeu et fier d’avoir gagné une fois de plus. D’un œil goguenard, il regarda tout le déballage : « Mais qu’est-ce que tout ce désordre ? Êtes-vous fiers de toutes ces pauvres babioles gardées d’une année sur l’autre ? Vous auriez dû me demander de vous rapporter des décors neufs et plus somptueux . Je gagne tant au jeu que peux tout acheter! Regardez ces boules de verres : voilà bientôt 20 ans que nous les retrouvons chaque année sur le sapin ! Si ce n’est pas une misère ! »

Et d’un grand geste méprisant il balaya les précieux cartons de boules qui tombèrent par terre, se brisant en mille miettes. La famille si sympathique resta bouche bée . Les enfant se mirent à pleurer. Exaspéré, le Beau Détestable hurla : « Arrêtez ! C’est insupportable ! Je vais vous acheter d’autres boules encore plus belles ! »

Il tourna les talons et partit, manquant de renverser au passage la frêle silhouette du Bel Ancêtre.

Dimanche 15 décembre 2019

Chacun fit de son mieux pour réparer les dégâts. Les enfants furent consolés et reçurent des petits gâteaux. Les éclats de verre furent balayés et le peu de boules restées intactes furent accrochées avec une particulière tendresse aux branches du sapin. Les guirlandes électriques furent branchées et le sapin devint magique, distribuant des clins d’œil de toutes les couleurs à l’assemblée émerveillée. La paix revint et les doux chants reprirent.

Le Bel Ancêtre avait essayé de participer au nettoyage mais quelle ne fut pas sa déception ! Ses bras tout légers n’avaient aucune force ! Pire ! Personne ne semblait le voir et il faillit plusieurs fois être piétiné. Déçu il se rangea derrière les rideaux pour profiter un peu de ces belles mélodies.

Comme le reste de la si sympathique famille il se laissa peu à peu envahir par la magie paisible de l’Avent.

La veillée prit fin avec les bâillements des enfants ; on se souhaita bonne nuit et chacun partit dans sa chambre. Le Bel Ancêtre se dirigea vers le couloir et se glissa dans son cadre, aidé par le chiffon magique qui semblait l’attendre : « ffft-ffft !J’avais bien peur que tu ne reviennes à temps ! Mais tout va bien ! » et ffft-ffft ! Le chiffon frotta de nouveau le portrait, vérifia sa bonne position et disparut.

Le calme et le silence régnaient à nouveau dans la maison. Le Bel Ancêtre reprit sa pose et son grand sourire. « Douce nuit ... »

Lundi 16 décembre 2019

Douce nuit, douce nuit … mais pas pour tout le monde !

Les douze coups de minuit retentissaient lorsque la grande ombre du Beau Détestable glissa dans le couloir. Il rentrait de son cercle de jeu encore victorieux et vaniteux, traînant un grand sac. Il sentait le tabac et l’alcool et ne marchait pas très droit, heurtant les murs du couloir.

Arrivé à la hauteur du portrait du Bel Ancêtre il s’arrêta et le fixa d’un regard mauvais : « Toi, toi le vieil ancêtre ! Tu me regardes encore comme si j’étais le pire des hommes mais, mais, tu sais tout le monde dit que je suis ta copie conforme ! A-alors, si je suis le pire des hommes , tu l’es aussssssi ! Ou, ou bien, je suis aussssssi  bien que toi ! Ha, ha ,ha ! La bonne idée ! Mais, mais oui, je suis aussssssi  bien que toi ! D’ailleurs regarde ce sac ! J’ai acheté toutes les décorations les plus chères et les plus à la mode pour le sapin : cela fera un peu de nouveauté dans la maison ! Ha, ha, ha ! »

Le Beau Détestable, ouvrit son grand sac et, provocateur, déballa tous les paquets qu’il contenait, répandant à même le sol boules et gadgets de toutes sortes, plus clinquants les uns que les autres.

Se redressant , il se cogna le front contre le portrait et vit l’éternel sourire du Bel Ancêtre : « Et, et, cela te fait encore rire ! Tu, tu m’exaspères à la fin ! » et , de rage, il saisit le cadre et le retourna une fois de plus contre mur . Il s’éloigna, titubant , en laissant en vrac sur le dallage tous ses coûteux achats.

Mardi 17 décembre 2019

Le Bel Ancêtre ruminait, le nez contre le mur : « Que ne donnerais-je pour faire comprendre au Beau Détestable qu’il est bien malheureux pour semer ainsi la désolation autour de lui ! » Il essaya bien de se faufiler à nouveau hors du cadre mais, las ! Sans l’aide du chiffon magique la manœuvre était impossible. « Pourvu que ce cher chiffon soit là demain soir et me permette de quitter ce mur : j’irai dire ce que je pense au Beau Détestable ! » Il prit son mal en patience et passa la nuit sans autre paysage que le mur.

L’espoir lui revint le lendemain matin lorsqu’il entendit de loin la chansonnette de Felicia. « La-li-lou-li-la.. ! » Mais le chant s’arrêta brusquement en arrivant près du portrait. « Mon Dieu ! Que c’est-il passé ? Quelle catastrophe !» Le Bel Ancêtre se réjouit : « Ah, voici ma libératrice ! » Hélas il resta face au mur car Felicia venait de trouver tout l’amas de décors déballés la nuit par le Beau Détestable. Elle se baissa aussitôt pour ramasser et ranger sur une table tous les objets et pour jeter tous les papiers déchirés, éparpillés ici et là. Le Bel Ancêtre enrageait comprenant qu’une fois de plus il restait bloqué à cause du Beau Détestable.

Mais après avoir tout nettoyé, Felicia se releva enfin et vit le dos du portrait « Ohh ! Pauvre Bel Ancêtre encore tout retourné ! Faites-moi vite votre beau sourire !» Felicia remit aussitôt en place le portrait et passa son étrange chiffon sur le verre : ffft-ffft !Comme la veille le Bel Ancêtre ne put retenir un éternuement : « ‘tchoum », ce qui fit rire Felicia . Après lui avoir fin un clin d’œil, elle repartit, toute guillerette en … «oubliant le chiffon derrière le cadre… « La-li-lou-li-la.. ! »

Mercredi 18 décembre 2019

La journée s’écoula, paisible sous le regard souriant du Bel Ancêtre. La famille bien sympathique s’exclama devant les décors apportés par le Beau Détestable … finalement trop gros et trop lourds pour décorer harmonieusement le sapin. Les uns allèrent travailler hors de la maison, les autres y restèrent douillettement en vacances à lire des contes, à chanter ou à préparer des petits gâteaux dans la cuisine. On entendait Felicia passer ici et là avec son joyeux : « La-li-lou-li-la.. ! »

Le Beau Détestable était bien sûr reparti à son cercle de jeu en se caressant distraitement le lobe de son oreille gauche. Toutes ses aigreurs de la veille étaient oubliée par cette famille décidément bien sympathique. Mais le Bel Ancêtre veillait et restait bien décidé à tenter une opération commando le soir même pour aller sermonner son indigne descendant.

La nuit arriva enfin. Après une douce veillée au pied du sapin , les membres de la famille se quittèrent pour aller se coucher tranquillement. Le Beau Détestable rentra bien fatigué et toujours aussi arrogant et , ne trouvant aucune occasion de discorde, se dirigea vers sa chambre, non sans avoir fait au passage une affreuse grimace au portrait du Bel Ancêtre

N’en pouvant plus, ce dernier appela le chiffon magique qui vint aussitôt  astiquer le portrait : ffft-ffft ! Le Bel Ancêtre se mit à balancer au rythme des frottements du chiffon et, de nouveau, il se sentit glisser vers le haut du portrait, se dégageant enfin du papier glacé.

« ffft-ffft !N’oublie pas, dit le chiffon : tu peux profiter de cette sortie la nuit durant mais tu dois reprendre ta place avec mon aide dans le portrait dès que le jour se lève . Sinon tu disparaîtrais à tout jamais ! »

« Mais oui, mais oui, promis ! »

Et le Bel Ancêtre s’élança dans le couloir.

Jeudi 19 décembre 2019

Utilisant son meilleur profil, notre héros courut jusqu’à la chambre du Beau Détestable, bien décidé à lui faire entendre raison; Lorsqu’il arriva devant sa porte, il entendit de sombres grognements. « Bon sang ! Comment peut-on être aussi désagréable alors qu’on est aussi beau et que l’on a une vie aussi facile ! Quand j’avais son âge… Mais au fait ! J’ai toujours son âge car le portrait a été photographié dans ma jeunesse… Ah ! Quelle belle époque ! J’avais aussi beaucoup de chance dans la vie et comme j’aimais partager ce bonheur avec ceux qui m’entouraient ! »

Ragaillardi par ces pensées, le Bel Ancêtre poussa la porte et entra dans la chambre. Elle était plongée dans le noir. Les grognements venaient du lit où le Beau Détestable s’était endormi tout habillé. « Diable, diable ! Je vais devoir le réveiller et le sortir de ses rêves pour lui parler ! »

Le Bel Ancêtre s’approcha du lit et saisit l’épaule du dormeur. Pas de réaction. Les grognements reprirent « Grrr ! Rien n’est bien… rien n’est assez bien...grrr ! » Le Bel Ancêtre insista, tirant l’épaule du Beau Détestable pour le tourner vers lui. Pas de réaction. Le Bel Ancêtre grimpa sur le lit et se planta sur le ventre de son descendant. Pas de réaction. Les grognements reprirent seulement « Grrr ! Personne n’est à ma hauteur… grrr ! »

Le Bel Ancêtre se souvint alors de sa précédente sortie nocturne dans la maison. Eh, oui , il n’était qu’un portrait en promenade ! Il était trop léger pour faire bouger le Beau Détestable ! Que faire ?

Vendredi 20 décembre 2019

« Mais oui ! Si je suis trop léger, un objet plus lourd pourra le réveiller !» Le Bel Ancêtre s’approcha du verre d’eau placé sur la table de chevet et le fit basculer sur la tête du Beau Détestable. Un petit choc et de l’humidité, l’effet fut immédiat : le dormeur se réveilla aussitôt. « Grrr !Que se passe-t-il? Il y a une fuite dans le plafond ? Je suis sous la douche ? Grrr !

Il n’y a donc pas moyen de dormir tranquillement ?… grrr ! »

Dans le noir, le Bel Ancêtre répondit : « Ne t’inquiète pas ! Tout va bien ! Ce n’est que moi qui cherche à te parler... »

« Qui, moi ? Je ne connais pas ta voix ? »

« Tu ne connais pas ma voix, mais tu connais mon portrait ! Je suis ton Bel Ancêtre auquel tu ressembles tant et à qui tu fais des grimaces dans le couloir... »

« Ha, ha, ha! Un portrait qui parle ! Et dans ma chambre ! Ha, ha, ha ! Je fais encore un de ces rêves absurdes... grrr ! »

« Rêve ou pas rêve, Beau Détestable, tu écouteras, ce que j’ai à te dire !... »

Samedi 21 décembre 2019

Et, planté tout droit devant le Beau Détestable incrédule, le Bel Ancêtre put enfin livrer tout ce qu'il avait sur le coeur.

« Cher descendant qui me ressemble tant pour le physique, que n’as-tu la chance de connaître à tn tour la joie ineffable de vivre dans le bonheur avec les tiens. Tu as la très grande chance d’appartenir, comme moi, à cette famille bien sympathique qui serait parfaitement heureuse sans tes méchantes interventions qui assombrissent sans cesse sa vie. Pourquoi te comportes-tu ainsi ?Pourquoi es-tu si dur ? Combien dois-tu être malheureux pour tout dénigrer et mépriser ainsi ! Mais plus tu continueras sur ce chemin, plus il te sera difficile de trouver un jour la sérénité et la vraie joie de vivre ! Crois-en mon expérience ! J’ai vu défiler tant et tant de visages et de caractères dans ce couloir : nul ne peut avoir ton comportement sans connaître de graves problèmes ! »

Le Beau Détestable resta coi. Aucun doute : il s’agissait d’un mauvais rêve dont il se réveillerait le lendemain. Un portrait reste accroché à son mur et ne vient pas les chambres proférer des fadaises à… dormir couché ! Et dans un grognement, il se retourna pour s’endormir aussitôt : « grrr ! »

Dimanche 22 décembre 2019

Le Bel Ancêtre essaya bien de le réveiller de nouveau mais vainement. « Grrr ! » Seuls des grognements lui répondirent . Tout dépité et songeur, il reprit le chemin du couloir pour réintégrer à temps son portrait. Il ferait beau voir qu’il disparaisse avant d’avoir pu remplir la mission qu’il s’était fixé : la bien sympathique famille devait retrouver définitivement le sourire ! « Comment s’y prendre? Demain est la veille de Noël. Ce serait si bon que cette année enfin toute l’assemblée puisse faire la fête dans la sérénité et le bonheur ». Il retrouva son cadre et le chiffon magique et, ffft-ffft ! se faufila bien vite dans son portrait avant le retour du jour.

Il réfléchit toute la journée, cherchant quelle pourrait être la bonne solution. Il était si préoccupé qu’il n’entendit même pas les joyeux « La-li-lou-li-la.. ! » de Felicia, ne remarqua pas ses clins d’œil pour le faire sourire et ne sentit pas le chatouillis du chiffon. « ‘tchoum ! » Il éternua sans comprendre pourquoi.

Non, il cherchait LA solution. Retourner dans la chambre sermonner le Beau Détestable : inutile, il se rendormirait. L’empêcher de participer à la fête : aucun sens, la sympathique famille en serait désolée. Non, non, non, il fallait trouver autre chose…

Soudain le sourire lui revint : « J’ai trouvé ! ... »

Lundi 23 décembre 2019

« ...Puisque personne ne peut me voir, j’accompagnerai partout le Beau Détestable pour l’empêcher de faire du mal ou réparer ses égarements. Je serai une sorte de doublure invisible ! » Le Bel Ancêtre attendit patiemment le passage de son descendant dans le couloir et cogna contre la vitre du portrait pour lui faire sa proposition. Bien étonné de voir le portrait lui parler, le Beau Détestable, incrédule, prit son air le plus narquois pour répondre : « Ha, ha, ha ! Eh bien ! D’accord ! Si cela peut te faire plaisir… c’est Noël après tout ! A tout à l’heure ! Ha, ha, ha ! »

Dès que le soir fut venu, le Bel Ancêtre appela le petit chiffon, promit de revenir avant le lever du jour et ffft-ffft ! se glissa vite hors du cadre. Il se faufila à travers les préparatifs de la soirée de Noël et chercha le Beau Détestable … mais en vain. « Le bougre a dû encore sortir pour jouer ! Qu’à cela ne tienne, je vais l’attendre parmi les convives»

Le Bel Ancêtre rejoignit la famille et, comme la fois précédente, resta ignoré et invisible. Tout le monde était là, sauf le Beau Détestable. La famille s’inquiétait et, voyant l’heure avancer, finit par décider de commencer les festivités sans lui. Le Bel Ancêtre s’installait discrètement à la place du Beau Détestable quand il entendit de joyeux éclats : « Te voilà enfin ! Nous allions commencer sans toi ! » Il fut stupéfait comment connaissait-on son subterfuge ? Les conversations allaient bon train. Un peu réservées au début. Chacun semblait guetter ses réactions . Puis le voyant rire l’ambiance devint de plus en plus chaleureuse. Les premiers plats arrivèrent et le Bel Ancêtre frémit de plaisir en sentant les fumets délicats et en dégustant chaque met. « Incroyable, se dit-il, il me semble renaître ! Je suis vu, même si l’on me prend pour le Beau Détestable et je ressens à nouveau toutes les sensations perdues ! Que va-t-il se passer lorsque mon cher descendant va arriver ? »

Mais il décida, en attendant, de profiter tout simplement de la bonne soirée et de la joyeuse chaleur retrouvée par la famille. N’était-ce pas la mission qu’il s’était donnée ?

 

Mardi 24 décembre 2019

La fête dura longtemps joyeuse et paisible grâce à la présence du Bel Ancêtre. Les bougies s’éteignirent, les unes après les autres et l’on décida de se quitter après avoir partagé les cadeaux et s’être tendrement embrassé.

Le Bel Ancêtre, bien sûr, reçut tous ceux qui étaient destinés au Beau Détestable , se promettant de lui remettre dans sa chambre . Mais le boudeur n’était pas là. « Sans doute est-il resté dans son cercle de jeu ! »

C’est alors que le notre héros se rendit compte que le jour commençait à pointer derrière la fenêtre. « Vite , je dois regagner mon portrait afin de ne pas disparaître à tout jamais ! »

Le Bel Ancêtre courut jusqu’au couloir et leva la tête vers le cadre… qui n’était pas vide ! « Miséricorde ! Ma place est prise ! Mais, mais, mais… c’est moi ! J’ai déjà repris ma place ! Quel est ce prodige ? Comment puis-je à la fois être de chair et de papier glacé ? »

Il entendit derrière lui comme un petit rire : Ffft-ffft ! Et vit le chiffon : « Chiffon magique ! Que c’est-il passé ? Que vais-je devenir ? Vais-je disparaître à tout jamais ? » « Ffft-ffft ! Regarde mieux le portrait » « Mais, mais … je me tiens le lobe de l’oreille, ce n’est pas dans mes habitudes ! » « Ffft-ffft ! Bien sûr car ce n’est plus toi qui est maintenant dans le portrait, c’est le Beau Détestable ! Il est rentré ce soir de très méchante humeur et s’est montré d’une telle insolence devant ton portrait vide que je lui ai frotté le nez et il s’est retrouvé coincé derrière le vitre ! C’est ainsi que tu as pu reprendre chair et le remplacer. Ffft-ffft ! Tu vas rester bien vivant pour redonner du bonheur à la bien sympathique famille, c’est mon cadeau de Noël !Ffft-ffft ! » 

Le Bel Ancêtre vit le jour se lever et comprit : Une nouvelle vie !

Au loin il entendit sonner clair la chansonnette de Felicia « Louliloulila ! » C’était une belle chanson de Noël !

Depuis la sympathique famille vécut longtemps et longtemps encore dans la paix et le bonheur se réjouissant de la métamorphose du Beau … tout court !

 

Fin

 

 

 

Publié dans L'heure du conte

Partager cet article
Repost0