Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joyeux Noël 2018 !

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Merci à vous chers lecteurs et lectrices d'avoir partagé avec nous ce temps de l'Avent 2018. Nous vous souhaitons une heureuse année, pleine de la lumière de Noël et vous donnons rendez-vous l'année prochaine!
Joyeux Noël !
Partager cet article
Repost0

Jeux de l'Avent 2018 : toutes les solutions

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Et voici les solutions de tous nos jeux de l'Avent 2018,
devinettes kaléidoscopes et rébus.
Les Rébus

Rébus de l'Avent 2018 N°1

J'- avé -mi -mai -sous liés -2 -vent -

l' -hache- œufs -mi -nez-leu -pairs- Noé- L-

mât- A- porc- té -dés- pie -é

J'avais mis mes souliers devant la cheminée, le père Noël m'a apporté des pieds.  (Philippe Geluck)

 

Rébus de l'Avent 2018 N°2

Âne -eau- aile – lait – mouche – rond-

appât – queue – laid – glas – son

A Noël les moucherons, A Pâques les glaçons. (Adage)

 

Les devinettes kaléidoscopes

 

Devinette kaléidoscope n°1

Tomates vertes en pot

 

 

 

 

Devinette kaleidoscope N°2

Cadeaux au pied du sapin

 

 

 

 

Devinette kaleidoscope N°3

Le viaduc de Millau

 

 

 

Devinette kaléidoscope N°4

Guirlande de Noël et monnaies du pape

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

Notre conte 2018 : La petite boîte de Grand-Maman (fin)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

L'heure de notre conte de l'Avent est de retour. 
Jour après jour, nous vous rapportons ici la dernière histoire racontée par notre amie, la femme sans âge du pays de n'importe où... 
Êtes-vous bien installés ? 
Voici donc un nouvel épisode ….     

 

Pour retrouver les épisodes précédents  : La petite boîte de Grand-Maman (premiers épisodes)

 

       
 

Grand-Maman dégagea sa main de son châle. Elle tenait la fameuse petite boîte, sujet de tant de curiosités inassouvies. Avec son curieux petit sourire , elle annonça que ce serait son seul cadeau pour ce Noël et demanda à chacun ce qu’elle pouvait contenir.

Les parents Toutoutout restèrent sereins : «  Nous te faisons confiance , tu as toujours su faire plaisir autour de toi. »

Tougrand, sérieux, raisonna : « Si tu protèges autant cette petite boîte c’est qu’elle doit contenir un objet très important qui ne fait pas de bruit : un brevet top secret ? »

Tousourire, la tête penchée sur le côté et les yeux un peu plissés, sourit à Grand-Maman : « Moi, je pense que la petite boîte est précieuse parce qu’elle protège de jolis bijoux placés dans un écrin »

Toufilou, les yeux pétillants, sentit la salive mouiller sa bouche : « et moi, moi, je suis sûr qu’il y a des gourmandises encore plus délicieuses que tes madeleines… ! »

« Rien de tout cela mes enfants! Mais voyez plutôt ! »

Grand-Maman saisit délicatement le couvercle de la boîte et, sous le regard stupéfait de l’assemblée, l’ouvrit sans effort du bout des doigts . Le regard pétillant, elle fit circuler la boîte ouverte de l’un à l’autre.

Tour à tour, les visages des parents et des enfants s’illuminèrent, irradiés, inondés de lumière et de bonheur…

Quand Toufilou la reçut enfin dans ses mains, il s’exclama : « c’est magique ! »

Et le voisin Rienderien qui, comme par hasard, épiait la famille par la fenêtre, murmura pour la première fois de sa vie : « c’est merveilleux !»

 

Vous aussi, vous aimeriez savoir ce que pouvait bien contenir la petite boîte de Grand-Maman ?

 

La boîte si précieuse abritait … un sourire !

Oui, un sourire, le plus beau des sourires, le sourire de Noël , un sourire lumineux, radieux, communicatif : ne sentez-vous pas qu’il vous pénètre à votre tour ?

Il ne vous reste plus qu’à le transmettre autour de vous … !

 

Joyeux Noël !

 

Fin

 

 

Publié dans L'heure du conte

Partager cet article
Repost0

Noël nous rappelle que notre espérance a de bonnes raisons d’être plus forte que nos inquiétudes. (J. Woody)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Pour ce dernier dimanche avant Noël, nous avons voulu partager avec vou
la conclusion la méditation de James Woody du 24 décembre 2017, dont vous pourrez lire l'intégralité sur le site de Evangile et Liberté :   Au possible, nul n'est tenu

(...)

Noël nous rappelle que notre espérance a de bonnes raisons d’être plus forte que nos inquiétudes. L’Évangile est bien plus vivable que les fake news, bien plus vivifiant que les informations tronquées qui visent à se moquer de quelqu’un, à le dénigrer. Les fake news, en ne faisant pas de place à toute la vérité, ne font pas de place à la vie authentique. L’Évangile, au contraire, nous montre, ici, dans la perspective de Noël, qu’il est possible de faire de la place à la vie, qu’il est possible de faire de la place à la joie, qu’il est possible de faire de la place à ce qui nous rend heureux. Et, si besoin est, il est possible de transformer le monde de telle manière qu’il soit plus accueillant. Il est possible de transformer la vie quotidienne qui nous semble parfois usée, à bout de course, en donnant une nouvelle fonction, une nouvelle raison d’être aux différents éléments de cette vie quotidienne. Une étable peut devenir une maternité, une mangeoire peut devenir un berceau, un petit bout’chou peut devenir la nourriture dont le monde a vraiment besoin, un temple peut devenir un lieu de vie, une existence abîmée peut devenir une source de réjouissance pour un être isolé. Le destin peut être transformé en destinée. La fatalité peut être transformée en liberté. Les fausses nouvelles peuvent être transformées en bonnes nouvelles. L’obscurité peut être transformée en lumière. Le chaos peut être transformé en un monde où le bonheur et la grâce s’incarnent, aujourd’hui encore.

Amen

 

Publié dans Beaux textes

Partager cet article
Repost0

Vom Himmel hoch (du haut du ciel) (M. Luther)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Vom Himmel hoch (du haut du ciel) (M. Luther)

Ce célèbre chant de Noël, inspiré de Luc 2.8-20, a été écrit et composé par Martin Luther en 1535 puis édité en 1539 pour être chanté par les paroissiens. La mélodie fut souvent reprise, à l'orgue par Johannes Eccard , Adam Gumpelzhaimer , Hans Leo Hassler , Michael Praetorius , Samuel Scheidt et Heinrich Scheidemann , Johann Pachelbel , Georg Boehm ...

Jean-Sébastien Bach a souvent utilisé le thème de "Vom Himmel hoch" : dans le Magnificat (1723), à trois reprises dans l'Oratorio de Noël (1734) et dans plusieurs préludes de chorals de son Livre d'orgue.

Carl Maria von Weber a exploité ce thème ainsi que Felix Mendelssohn qui écrivit une cantate basée sur l'hymne de Luther et a incorporé la mélodie dans la musique de scène de Athalie de Racine

Au XXème siècle plusieurs compositeurs ont utilisé "Vom Himmel hoch" : Emmanuel Faisst , Sigfrid Karg-Elert , Ernst Pepping, Hugo Distler, Max Reger et Igor Stravinsky dans ses Variations chorales sur" Vom Himmel hoch " pour choeur et orchestre (1956).

Plus récemment la version finnoise "Enkeli taivaan" figure dans Luther , un opéra de Kari Tikka créé en 2000.

Voici  trois versions musicales et le texte de ce beau chant de Noël.

Vom Himmel Hoch (da komm' ich her)

Felix Mendelssohn Bartholdy Choral: "Vom Himmel hoch"

Bach / Stravinsky: "Vom Himmel hoch, da komm' ich her" / Jurowski · Berliner Philharmoniker

 

 

Publié dans Chants de Noël

Partager cet article
Repost0

Rébus de l'Avent 2018 N°2

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

En combien de temps sera décrypté ce nouveau rébus?

 

Solution dans : Jeux de l'Avent 2018 : toutes les solutions

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

L'esprit de Noël... (Thomas S. Monson)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

L'esprit de Noël, c'est donner sans penser recevoir en retour.

C'est du bonheur parce que nous voyons la joie chez les gens.

C'est s'oublier et trouver du temps pour les autres.

C'est rejeter ce qui est insignifiant pour embrasser les vraies valeurs.

Thomas S. MONSON

​​​​​​​

 

Publié dans Beaux textes

Partager cet article
Repost0

Limoncello

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Petite douceur -à consommer avec modération, bien sûr -
pour fin de repas de fête.

 

 

Limoncello

Publié dans Recettes de l'Avent

Partager cet article
Repost0

Le visiteur de Noël

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Après l'avoir lu sur le site  : Protestants dans la Ville ,  nous n'avons pas pu résister au plaisir de partager avec vous ce beau conte issu de la mémoire collective protestante des Cévennes.

Au soir du 24 décembre 1703, dans une auberge des Cévennes, quatre officiers, quatre « dragons » s'apprêtaient à quitter avec regret une salle confortable et la grande cheminée où rôtissaient des chapelets d'oies dodues. Par ordre du Roi Soleil, ils devaient réduire à merci les protestants de cette région qui n'avaient pas abjuré leur foi après la Révocation de l'Édit de Nantes et qui étaient donc des hors-la-loi.

Ce soir, le gouverneur du Languedoc les avait chargés de mettre la main sur un meneur : un certain Étienne Riboux, prédicant au Désert. Il leur fallait lui tomber dessus par surprise et pour cela, partir à pied dans la montagne, déguisés en bergers.

Luttant contre les tourbillons de neige, ils parvinrent péniblement à une

bergerie à l'entrée du hameau où habitait ce Riboux.

Le capitaine, Gabriel de Vignancourt de Pétigny-Pervanchelles, avait décidé de garder pour lui seul la « gloire » de ce fait d'armes; il enjoignit à ses hommes de rester dans la bergerie, prêts à accourir au premier signal. Et le voilà parti vers la maison du rebelle ; il appuya sur le loquet et la porte s'ouvrit.

 

La fille de Riboux était là, une enfant. Pâle et droite dans un grand châle noir, pétrifiée devant ce visiteur du soir. Elle était troublée, la fille du prédicant. Mais, son doux visage s'éclaira d'un sourire... et sans façons, elle se jeta à son cou ! Le dragon restait coi, ne sachant que dire, regardant autour de lui : un bouquet de

houx jaillissait d'un pichet, deux assiettes de faïence sur la table, un bougeoir d'étain, une chandelle allumée; tout n'était que paix et silence.

- Entrez, je vous attendais dit-elle.

- Où est ton père ?

- Parti dans la montagne pour célébrer l'office de Noël ; mais vous prendrez bien la soupe de castagnes, toute chaude et des beignets de sarrasin au miel ?

- Tu m'attendais, dis-tu ?

- Bien sûr, vous êtes le visiteur de Noël que Mamée m'avait annoncé. Elle me disait souvent : « Si un visiteur frappe à ta porte un soir de Noël, ouvre lui vite ; c'est peut-être un fugitif qui court dans la montagne pour échapper à ceux qui nous persécutent, c'est peut-être un envoyé du Seigneur qui parcourt la terre pendant la sainte Nuit. Il doit toujours y avoir pour lui une assiette à remplir de soupe chaude et un bon feu pour qu'il y délasse ses pieds et il te bénira toi et les tiens.

Un peu gêné, l'homme détourna la conversation :

- Comment t'appelles-tu petite ?

- Droulette, pour vous servir.

- Eh bien, Droulette, j'ai faim et j'ai froid. Sers moi donc à dîner en attendant ton père.

- Mon papa aussi doit avoir faim et froid dehors par une nuit pareille, mais il faut bien qu'il aille porter la bonne Parole à tous ceux qui vivent dans les grottes, poursuivis, traqués. C'est terrible quand ils se font prendre, si vous saviez ! Ils sont massacrés ou envoyés aux galères ! Je tremble chaque fois que je vois partir mon père, mais je suis si heureuse que le Seigneur se serve de lui pour réconforter ces pauvres gens.

 

Et voilà que Gabriel de Vignancourt soudain, ne pouvait plus rien avaler ! Il se souvenait d'une « assemblée » surprise en pleine nuit et transformée en carnage ; il entendait les cris de ceux qu'il avait séparés et les dernières paroles du prédicant : - Vignancourt, pourquoi nous persécutes-tu, toi qui te dis chrétien ?

Il n'avait plus faim, il avait hâte de partir. Mais Droulette, déçue, disait :

- Mon père ne vous verra donc pas, mais... (elle hésitait, n'osait pas formuler sa requête...) Pourriez-vous, avant de partir, me lire la belle histoire de Noël ?

Devant la mine ahurie de Gabriel, la petite fille ajouta :

- Je comprends le français, mais je ne le lis pas encore très bien. Papa rentre tard, fatigué, alors si vous ne voulez pas me lire la Bible, Je n'aurai pas de Noël.

Et elle plaça devant le brillant officier, un pauvre bouquin relié de parchemin usé, mal imprimé, corné. C'était le livre excommunié, car écrit en français ! Gabriel osait à peine le feuilleter, saisi d'un respect étrange. Mais comment refuser à cette innocente ? Et comme malgré lui, il commença :

« Il y avait dans cette contrée des bergers qui couchaient aux champs, la nuit pour veiller sur les troupeaux... »

Lorsqu'il eut fini, il resta un long moment rêveur. Les paroles de Noël chantaient dans son coeur, éveillant de lointaines et étranges résonances. Il lui semblait qu'une enfance inconnue se glissait dans sa mémoire radieuse et pure.

- Je crois que... je crois que je pourrais être des vôtres, petite, si tu voulais...

Ne recevant pas de réponse, il leva les yeux. Droulette dormait, la joue posée sur les bras repliés, une joue rose comme un pétale de fleur. Les cheveux bouclés se répandaient sur la table, pareils à une toison d'agneau.

- Dors ma Droulette, dors. Aie confiance. Je ferai tout ce qui sera en mon pouvoir pour que ton père soit épargné ; je le jure sur cet Évangile qui nous est commun. Il chercha et trouva une plume et de l'encre et écrivit sur la page de garde du livre saint :

- Le visiteur de Noël priera pour toi et pour ton père.

Puis il ajouta un post-scriptum à son message : - Il faut vous cacher, d'autres visiteurs pourraient venir.

S'inclinant alors devant la mignonne endormie, aussi profondément qu'il l'eût fait à Versailles, il quitta celle qui serait désormais dans son cœur la petite sœur qu'il n'avait jamais eue. Il ouvrit la porte sur la tourmente et s'enfonça dans la nuit.

 

Dans la bergerie, ses camarades se tenaient recroquevillés sous leurs manteaux

- Holà ! cria Gabriel dans les ténèbres, allons-nous en, je n'ai trouvé personne. Retournons en ville, nous trouverons peut-être quelques restes de ce réveillon qui nous passa sous le nez.

Il les entraîna sans peine !

Le chemin lui parut moins dur qu'à l'aller, car il portait en son cœur une force et une lumière nouvelles. Et à mesure que Gabriel avançait vers son destin... là-bas, de l'autre côté de la montagne, un homme descendait rapidement, un livre sous le bras, vers une pauvre maison où l'attendait une petite fille endormie et confiante.

 

L'aube de Noël se lèverait bientôt. La mille sept cent troisième aube depuis la naissance d'un petit enfant pour qui les anges avaient proclamé :

« Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. »

 

Publié dans L'heure du conte

Partager cet article
Repost0

Devinette kalédoscope N°4

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Quelle image se cache derrière notre kaléidoscope?

 

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

Devinette Kaléidoscope N°3 Indices

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Personne n'a encore fait de suggestion pour notre Devinette kaléidoscope N°3

 

Voici un indice pour vous aider : le bleu est celui du ciel;

Deuxième indice grâce à Danie : il ne s'agit pas d'un cerf-volant...

 

Solution dans : Jeux de l'Avent 2018 : toutes les solutions

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

"Voici que nous entrons dans le temps de la naissance éternelle ..." (Maître Eckhart )

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

 

Publié dans Beaux textes

Partager cet article
Repost0

Noël s'est nourri de miel ... (Catherine de Lasa)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

     

 

 

Partager cet article
Repost0

Petits palets légers aux noisettes

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Soirée pâtisserie aujourd'hui avec une réinterprétation à notre façon de la dacquoise qui sert souvent de base aux bûches Voici donc parmi nos gâteaux de l'Avent, des petits palets légers aux noisettes.

Pour une quarantaine de palets

Préparation : 10 mn.

Cuisson : 15 mn.

Ingrédients

2 blancs d’œufs

105 gr. de sucre glace

25 gr. de sucre semoule

65 gr. de noisettes en poudre

Préparation

Mettre le four à chauffer à 170° (thermostat 5/6)

Mélanger 75 gr. de sucre glace avec la poudre de noisettes.

Monter les blancs d’œufs en neige . Tout en battant les blancs, ajouter les sucre semoule en trois fois.

Incorporer doucement avec une spatule le mélange noisettes/sucre

A l'aide d'une petite cuiller, déposer des petits tas de l'appareil sur une plaque recouverte d'une feuille de cuisson.

Saupoudrer le reste du sucre glace sur les palets .

Mettre au four et laisser cuire 15 minutes, en surveillant la cuisson.

Les palets doivent être craquants sur le dessus et moelleux en dessous.

Laisser sècher une demi-heure et décoller délicatement les palets.

Publié dans Recettes de l'Avent

Partager cet article
Repost0

Noël de fleurs (Massenet)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Soirée romantique aujourd'hui avec une mélodie de Jules Massenet
sur une poésie de Louis Schneider pour chant et piano
composée en 1912
en hommage à Charlotte Lormont

Ecouter une version enregistrée par Mercedes Olivera : Adviento en la Iglesia Presbiteriana San Andrés.

 

 

Noël des fleurs

 

Il pleut des iris, des jasmins, des roses

Dans la pauvre étable où naîtra l'Enfant.

Les fleurs doucement sur le sol se posent

Pour former un berceau charmant.

 

Il pleut des iris, des jasmins, des roses

Dans la pauvre étable où l'Enfant repose.

Noël, c'est Noël, au ciel radieux

Monte l'encens pur, présent des rois mages,

Bergers et puissants, acclamez les cieux.

Le seigneur naissant attend vos hommages.

 

Il pleut des iris, des jasmins, des roses

Dans la pauvre étable où l'Enfant repose.

Noël ! Noël ! Noël ! Noël !

 

 

Publié dans Chants de Noël

Partager cet article
Repost0

Une phrase, c'est comme un arbre de Noël (Erik Orsenna)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Une phrase, c'est comme un arbre de Noël. Tu commences par le sapin nu et puis tu l'ornes, tu le décores à ta guise. Jusqu'à ce qu'il s'effondre. Attention à ta phrase : si tu la charges trop de guirlandes et de boules, je veux dire d'adjectifs, d'adverbes et de relatives, elle peut s'écrouler aussi.

Erik Orsenna

 

Publié dans Beaux textes

Partager cet article
Repost0

Devinette kaléidoscope N°3

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Nouvelle devinette kaléidoscope ! Qui trouvera ... ?

Solution dans : Jeux de l'Avent 2018 : toutes les solutions

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

Rébus de l'Avent 2018 N°1

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Voici notre premier rébus de cet Avent.
Il évoque une phrase humoristique de saison.
En combien de temps la décrypterez-vous ?

Solution dans : Jeux de l'Avent 2018 : toutes les solutions

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

« Seigneur, si Tu veux m'attendre encore, je serai le quatrième mage » (Lytta Basset)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Seigneur, si Tu veux m'attendre encore, je serai le quatrième mage, parti de nulle part, parti sans étoile aux cieux pour un voyage au bout du temps, pour un voyage au bout de moi...

Quand les ténèbres brouillent toutes pistes, quand ma boussole intérieure bat la chamade, quand ma route s'emballe sur elle-même, Tu me montres quelque part dans la nuit l'étoile inconnue que Tu fais lever pour moi. Tu me dis que je n'ai pas perdu ma vie, ce temps que j'avais rêvé tout autre ! Tu me dis que Tu m'attends encore, car la fête ne commencera pas sans moi.

Et je T'offrirai mon enfance tapie sous les décombres de mon passé... J'adorerai l'Enfant de Noël comme on s'agenouille émerveillé devant le miracle fragile d'une Parole enfin devenue vraie. Maintenant, je Te vois en l'Enfant de Noël T'agenouiller devant moi pour que je devienne enfin Ton enfant.

Amen.

Lytta BASSET

 

Publié dans Beaux textes

Partager cet article
Repost0

"Psallite unigenito..." (Michael Praetorius)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Ce chant de Noël qui résonne comme une carillon a été composé en 1550 par
Michael Prætorius et publié en 1609 dans son recueil Musæ SioniæFils de pasteur luthérien, Michael Prætorius a écrit d'innombrables cantiques dont beaucoup sont encore chantés , tel Es ist ein Ros entsprungen (Dans une étable obscure).

Le chant "Psallite unigenito " alterne des textes en latin et en allemand, comme il se faisait souvent au début de la Réforme luthérienne qui a introduit l'usage de la langue vernaculaire dans les "messes allemandes" encore en latin.

Et voici les liens pour écouter deux  interprétations de ce beau chant de Noël :

Interprétation du Vancouver Chamber Choir avec la Partition

Interprétation de l' Ensemble D.E.U.M.

 

 

Publié dans Chants de Noël

Partager cet article
Repost0

Devinette Kaléidoscope N°2

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

La première devinette ayant été trouvée, en voici aussitôt une deuxième pour alimenter votre curiosité...
Qui trouvera la solution ?

 

Solution dans : Jeux de l'Avent 2018 : toutes les solutions

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

La légende de Saint Nicolas

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

6 décembre!
C'est la Saint-Nicolas !
Petits enfants sages, sortez vos souliers et laissez quelques gâteries pour le grand Saint-Nicolas et son âne!
En attendant son (éventuel) passage, voici le texte de la chanson remontant au 16ème siècle et une interprétation musicale :

 

 

La légende de Saint Nicolas chantée par Henri Dès

 

Ils étaient trois petits enfants
Qui s'en allaient glaner aux champs
Ils sont allés et tant sont venus
Que sur le soir se sont perdus.
Ils sont allés chez le boucher :
"Boucher, voudrais-tu nous loger?"
"Entrez, entrez, petits enfants,
Y'a de la place assurément."
Ils n'étaient pas sitôt entrés
Que le boucher les a tués,
Les a coupés en p'tits morceaux
Et puis salés dans un tonneau.

Saint Nicolas au bout d'sept ans
Vint à passer dedans ce champ,
Alla frapper chez le boucher :
"Boucher, voudrais-tu me loger?"
"Entrez, entrez, Saint Nicolas,
Y'a de la place, il n'en manque pas."
Il n'était pas sitôt entré qu'il a demandé à souper.
On lui apporte du jambon.
Il n'en veut pas il n'est pas bon.
On lui apporte du rôti.
Il n'en veux pas, il n'est pas cuit.

"Du p'tit salé, je veux avoir
Qu'il y a sept ans qu'est au saloir."
Quand le boucher entendit ça,
Bien vivement, il se sauva.

"Petits enfants, qui dormez là,
Je suis le grand Saint Nicolas."
Le Grand Saint étendit trois doigts,
Les trois enfants «ressuscita».
Le premier dit : "J'ai bien dormi."
Le second dit : "Et moi aussi."
A ajouté le plus petit:
"Je croyais être au Paradis."

Ils étaient trois petits enfants
Qui s'en allaient glaner aux champs.

 

Publié dans Traditions

Partager cet article
Repost0

La lumière d’une bougie n’est en rien diminuée ...

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

La lumière d’une bougie n’est en rien diminuée ...

La lumière d’une bougie n’est en rien diminuée si elle en allume une autre.” (Confucius)
 

Publié dans Beaux textes

Partager cet article
Repost0

Devinette kaléidoscope N°1

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

Nouveau style de devinette cette année : vous devrez découvrir quelle image a été déformée par notre kaléidoscope....
Qui trouvera en premier ?

Solution dans : Jeux de l'Avent 2018 : toutes les solutions

Publié dans Jeux

Partager cet article
Repost0

La petite boîte de Grand-Maman (premiers épisodes)

Publié le par Autour de Nicole et Pierre

 
Vous n'avez pas pu lire à temps des épisodes de notre conte 2018 ?
Ce n'est pas grave : voici le début de l'histoire...

 

 

Lundi 3 décembre 2018

 

En ce doux temps de l’Avent, nous commencions paisiblement à décorer notre maison et à choisir les emballages de cadeaux quand, un soir de pleine lune, nous vîmes surgir devant nous notre amie, la femme sans âge.

Vous savez, la femme sans âge du pays de n’importe où, qui raconte des histoires de n’importe quoi et qui rend visite, les nuits sans lune, à n’importe qui pour raconter des histoires si étonnantes que l’on ne peut s’empêcher de les écouter et … d’y croire.

Elle prit entre ses mains l’une de nos boîtes à cadeau, la tourna et la retourna, songeuse.

Étonnés, nous lui demandâmes : « Eh bien , chère amie de la pleine lune, vous voici bien songeuse ! Cette boîte vous paraît-elle donc si surprenante ? »

« Oh non, oh non, mes bons amis, bien au contraire mais elle me rappelle une histoire du pays de n’importe où... Voulez-vous que je vous la raconte ? »

Nous nous assîmes aussitôt, trop heureux d’écouter une nouvelle histoire de la femme sans âge du pays de n’importe où.

Elle nous sourit et commença aussitôt :

« Il y avait, en un autre temps, au pays de n’importe où ... »

 

Mardi 4 décembre 2018

Il y avait, en un autre temps, au pays de n’importe où, une jolie maison, très coquette et très claire qui était habitée par une famille qui s’appelait Toutoutout.

- Tchou, tchou, tchou ? C’était une famille de cheminots ? 

- Mais non, mais non, mes bons amis, c’était une famille qui avait tout et qui faisait absolument tout à la perfection : tout bien, tout beau, tout fort, tout doux, tout gai, tout triste, tout gourmand, tout sérieux, tout jovial…. Bref tout, tout tout, tout ce que vous pouvez imaginer et même plus : nous sommes au pays de n’importe où, ne l’oubliez pas !

La maison était grande et c’était une bonne chose car la famille Toutoutout était nombreuse : les parents, quatre enfants et une grand-mère qui occupait une jolie chambre toute tranquille.

Tout, tout, tout, tout ce petit monde vivait intensément, travaillant, s’amusant, riant, pleurant, de toutes toutes toutes toutes leurs forces.

Une vie idéale telle qu’on ne la trouve qu’au pays de n’importe où.

Mais il y avait toutefois une ombre dans ce beau tableau…

Mercredi 5 décembre 2018

Juste à côté de la jolie maison, très coquette et très claire de la famille Toutoutout, était construite une maison de n’importe quoi, sans couleur et sans intérêt. Par contraste avec la maison des Toutoutout, elle semblait une ombre grise un peu menaçante.

Or elle était habitée, mais oui !

Elle était habitée par un homme sans intérêt qui ne faisait rien, ne disait rien mais n’en pensait pas moins.

Il s’appelait monsieur Rienderien. En effet, tout ce qu’il essayait de faire ratait et, découragé en permanence, il était persuadé que rien de bon ne pouvait lui arriver et encore moins lui réussir. On n’a jamais su de quoi il pouvait bien vivre mais on savait combien il était décevant d’essayer de le fréquenter : il critiquait tout ce que les autres entreprenaient, prédisant systématiquement des échecs effroyables.

La famille Toutoutout avait bien essayé d’entraîner l’aigre voisin à partager son élan tout plein de vitalité mais ce fut peine perdue. M. Rienderien se renferma et resta retranché dans sa maison de n’importe quoi, sans couleur et sans intérêt, se contentant d’épier derrière le rideau de sa fenêtre les allers et venues de l’extérieur, éternelles sources de critiques négatives.

Jeudi 6 décembre 2018

Bien évidemment, les activités en tous genres de la famille Toutoutout ne cessaient de faire frémir M. Rienderien :

« Pffff ! Ils en font trop, un jour ils le paieront! », « Pffff ! Ils sont trop gentils, un jour ils le regretteront ! », « Pffff ! Ils dépensent trop d’argent, un jour ils seront sur la paille ! », « Pffff ! Ils bougent trop, cela ne durera pas toujours ! »

Mais toutes ces vagues menaces restaient sans suite et les Toutoutout continuaient à vivre en toute  sérénité et en toute plénitude.

Et, dans la famille, celle qui semblait le mieux illustrer cette félicité était Grand-Maman, l’aïeule . Toute coquette, elle refusait de dire son âge mais, si l’on écoutait tous ses souvenirs, elle avait connu bien des générations. Grand-Maman était toute douce mais ne se laissait pas faire pour autant . Grand-Maman marchait tout tranquillement mais avec une certaine allégresse. Grand-Maman était toute enjouée pour discuter avec chacun mais se retirait régulièrement dans le secret de sa chambre.

Parents et enfants de la famille Toutoutout le savaient : Grand-Maman détenait des mystères auxquels nul autre ne pouvait accéder .

Vendredi 7 décembre 2018

Parmi tous les mystères de Grand-Maman Toutoutout, il en était un qui intriguait toute la famille : une boîte. Une jolie petite boîte. Une petite boîte toute à fait ravissante qui tenait dans le creux de la main. Grand-Maman y tenait beaucoup et la gardait précieusement rangée dans le petit meuble-vitrine de sa chambre.

Autour de la petite boîte, il y avait bien d’autres objets plus ou moins précieux rapportés de ses innombrables voyages . Grand-Maman avait bien souvent raconté ce que représentait tous ces souvenirs : un bock en grès émaillé ramené de Saxe, une ribambelle de matriochkas de Russie, un éventail en soie et en dentelle qui aurait appartenu à la princesse Sissi, un humérus tout blanc de chameau mort de soif dans le désert... Mais Grand-Maman n’avait jamais, jamais, dévoilé ce que contenait la petite boîte.

Tout respectueux de ce silence, les parents Toutoutout n’évoquaient jamais le sujet et, tout petits, les enfants préféraient s’intéresser aux jouets . Grand-Maman pouvait garder son secret tout tranquillement.

Lorsqu’elle était seule dans sa chambre, elle ouvrait doucement la porte de sa vitrine qui faisait un tout petit « crouic », prenait délicatement la petite boîte , la posait avec émotion sur la paume de sa main et l’entrouvrait avec précaution.

Samedi 8 décembre 2018

Les yeux de Grand-Maman s’élargissaient alors, prenant une teinte encore plus claire qu’à l’habitude et, peu à peu tout son visage rayonnait. La vieille femme semblait rajeunir . Puis, avec un léger soupir, elle refermait doucement la précieuse petite boîte et la replaçait délicatement dans la vitrine . Crouic ! Elle refermait le porte vitrée et tournait la petite clef dorée du meuble avant de la ranger dans un coin secret de son armoire.

Non, personne ne pouvait savoir ce que contenait la petite boîte de Grand-Maman.

Mais un beau jour, l’aîné des petits-enfants, Tougrand, eut l’âge dit de raison. Il devint curieux et commença à découvrir le monde et à questionner les uns et les autres à propos de tout. Inévitablement Tougrand en vint à se poser des questions sur la petite boîte de Grand-Maman. « Pourquoi est-elle si précieuse ? » « Quel secret peut-elle bien contenir ? »

Il alla trouver Grand-Maman qui le reçut avec toute se tendresse habituelle. Elle répondit à ses questions en lui expliquant que le principe même d’un mystère était de rester secret et qu’il était bon de respecter le jardin secret des autres. Comme elle aimait beaucoup Tougrand, elle discuta longtemps avec lui des curiosités de la nature, des hommes et des sociétés mais … de la petite boîte, elle ne révéla absolument rien !

Dimanche 9 décembre 2018

Tougrand retourna dans sa chambre, déçu et encore plus curieux de connaître le mystère de la petite boîte de Grand-Maman. Sa petite sœur, Tousourire, l’aperçut et le voyant triste, vint le consoler : « Que t’arrive-t-il, Tougrand ? Pourquoi ne ris-tu plus ? »

- « C’est que je viens de parler avec Grand-Maman pour connaître le secret de sa petite boîte mais elle n’a rien voulu me dire... »

Tousourire éclata de rire : « Mais Tougrand ! Ce n’est pas grave ! C’est un objet de grande personne et non un jouet avec lequel nous pourrions nous amuser ! Il faut penser à autre chose ! Viens plutôt avec moi ! »

Mais Tougrand regarda bizarrement sa sœur, persuadé qu’elle était encore trop jeune pour partager son souci de connaissance universelle, et il alla s’enfermer dans sa chambre.

Peinée par la réaction de Tougrand, Tousourire chercha une idée pour dérider son frère. Elle savait qu’elle obtenait toujours ce qu’elle demandait quand elle faisait un certain sourire, avec la tête penchée sur le côté et les yeux un peu plissés... » Voilà la solution ! »  se dit-elle.

Lundi 10 décembre 2018

Et Tousourire prit la direction de la chambre de Grand-Maman. Elle frappa à la porte avec son certain sourire, la tête penchée sur le côté et les yeux un peu plissés. Grand-Maman ouvrit sa porte et, charmée par sa petite-fille, lui demanda d’entrer avec plaisir.

Toutsourire enlaça sa grand-mère et lui fit un long câlin tout plein de tendresse comme Grand-Maman l’aimait tant. Enjouée, elle lui raconta toute sa journée avec des détails qui firent rire Grand-Maman. Puis elle s’intéressa, toujours avec son certain sourire, à la vitrine de son aïeule, demandant l’histoire de chaque objet.

Un peu perplexe, Grand-Maman se remémora tous ses souvenirs. Mais elle omit de parler de la petite boîte. Tousourire pencha la tête et, la montrant du doigt, demanda : « Grand-Maman que contient cette petite boîte si jolie ? »

Grand-Maman éclata de rire : « Ah ! Je vois ton frère t’a demandé d’enquêter pour lui ! »

- « Oh non Grand-Maman ! c’est simplement que je trouve ta petite boîte si jolie... »

Grand-Maman se mit à rire de nouveau, séduite par le petit visage penché sur le côté, les yeux plissés et le certain sourire.

Mardi 11 décembre 2018

Mais … Grand-Maman répondit à Tousourire, comme elle l’avait fait à son frère, que la petite boîte était un mystère, que le principe même d’un mystère était de rester secret et qu’il était bon de respecter le jardin secret des autres ! Tousourire n’en revenait pas : son charme n’avait pas opéré ! Elle essaya bien encore une fois de séduire sa grand-mère en reprenant son certain sourire, la tête penchée sur le côté et les yeux un peu plissés mais Grand-Maman ne fut pas dupe et éclata de rire en refermant la porte de la vitrine . « Crouic » ! la petite boîte était rangée et Tousourire n’en saurait pas plus !

Pour une fois, la petite-fille n’avait plus envie de sourire . Elle embrassa sa grand-mère et regagna sa chambre, aussi morose que Tougrand .Ou même un peu plus morose car elle n’avait jusqu’ici prêté aucune attention à cet objet qui n’était même pas un jouet. Mais en voulant aider son frère à découvrir son mystère, Tousourire avait pu regarder avec plus d’attention la petite boîte et en apprécier sa beauté.

« Saperlipopette ! » Se dit-elle en s’asseyant au bord de son lit « Tougrand a raison ! Il faut absolument découvrir ce que peut bien contenir cette petite boîte si précieuse pour Grand-Maman ! »

Mercredi 12 décembre 2018

Tousourire se leva et alla trouver son frère aîné : « Finalement Toutgrand tu as raison ! Il faut découvrir le mystère qui se cache dans la petite boîte de Grand-Maman ! Mais comment faire puisqu’elle ne veut rien nous dire ? »

Baissant brusquement la voix, Tougrand se pencha vers sa sœur et se mit à échafauder des projets avec elle. Leurs chuchotements attirèrent inévitablement l’oreille du petit dernier, Toufilou qui s’approcha, espérant entrer dans la confidence. Mais les deux aînés s’éloignèrent et Toufilou ne put entendre que « … boîte de Grand-Maman ».

« Allons bon, encore un secret que je devrai découvrir tout seul ! Qu’importe ! Je vais me débrouiller… ! » Et notre petit Toufilou se glissa silencieusement jusqu’à la chambre de Grand-Maman dont la porte était fermée. Il frappa discrètement mais personne ne répondit. Il enragea : « C’est bien ma chance ! Je ne vais pas pouvoir découvrir la boîte dont parlaient Tougrand et Tousourire . Je suis sûr qu’elle contient des tas de gâteaux délicieux que Grand-Maman a du leur donner tout à l’heure. »

Une vague de gourmandise l’envahit et il s’enhardit à pousser la porte qui s’ouvrit toute seule.

« Quelle chance ! Je vais pouvoir découvrir à mon tour la fameuse boîte à gâteaux ! ».

Toufilou pénétra dans la chambre et referma doucement la porte derrière lui .

Jeudi 13 décembre 2018

« La boîte ! Mais en fait de quelle boîte parlaient Tousourire et Tougrand ? » Toufilou, regardant autour de lui resta stupéfait : sur chaque étagère, sur chaque guéridon, il y avait une boîte ! Des grandes, des petites, des rondes, des carrées, des claires, des foncées, des cartonnées, des métalliques ! Comment reconnaître LA boîte qui semblait tant préoccuper son frère et sa sœur ?

« Je vais les ouvrir toutes et je verrai bien si l’une d’elle contient des gâteaux... ».

Toufilou vit sur la table une belle grosse boîte en métal peint et décorée de jolies dames du temps passé dégustant des madeleines. « Hmmm ! Celle-ci me semble intéressante… ! » . Il s’approcha et souleva le couvercle. Un doux parfum de vanille et de citron s’en échappa aussitôt : il s’agissait bien de belles madeleines toutes dorées telle que Grand-Maman les réussissait si bien.

Toufilou se réjouit : « J’ai trouvé ! Ce n’était pas si difficile ! Quel bonne odeur…je goûterai bien toute de suite à ces bons gâteaux avant d’en ramener à Tousourire et Tougrand ! » Aussitôt dit, aussitôt fait, notre petit gourmand prend délicatement une madeleine et l’engloutit. Un grand sourire de satisfaction lui emplit le visage. Il époussetait les miettes sur son pull quand soudain ...

Vendredi 14 décembre 2018

Toufilou se sentit épié. Un regard, un regard mauvais et glaçant suivait tous ses gestes. Il se retourna et ne vit personne : la porte était toujours fermée.  Il regarda sous le lit mais personne ne s’y cachait, pas même le chat. L’armoire ! Toufilou ouvrit d’un coup la porte mais ne reçut qu’une grande bouffée de lavande en retour. Il retourna vers la boîte de gâteaux pour déguster un petit réconfort quand il devina une sorte d’ombre claire sur le mur : son sang se glaça dans ses veines ! « Un fantôme ! Il y a un fantôme dans la chambre de Grand-Maman ! »

Toufilou, pris de panique, referma vivement la boîte de madeleines et s’apprêtait à quitter la chambre quand la porte s’ouvrit devant lui et il se trouva nez à nez avec …Grand-Maman, bien sûr, !

La grand-mère fut aussi surprise que son petit-fils : « Mais que fais-tu donc ici Toutfilou avec ton pull plein de miettes…. ? » Toufilou rougit et bégaya « C’est, c’est que je venais te voir au sujet de ta boîte de gâteau qui intéresse tant Tougrand et Tousourire et... »

- « Et tu as voulu vérifier par toi-même que les madeleines étaient bien bonnes... »

Toufilou rougit et Grand-Maman éclata de rire : « Mais, sais-tu petit garnement que la boîte qui étonne tant ton frère et ta sœur n’est pas du tout celle-là ? »

Toufilou rougit encore plus.

« Viens je vais te montrer la fameuse boîte » Grand-Maman allait prendre la petite clef dorée de la vitrine quand de nouveau une sorte d’ombre claire passa sur le mur. La grand-mère et le petit-fils se regardèrent.

Samedi 15 décembre 2018

« Saperlipopette ! s’exclama Grand-Maman Je crois savoir d’où vient cette lueur ! »

Toutfilou la regarda avec étonnement et admiration : sa grand-mère avait de super-pouvoirs !

Grand-Maman se dirigea vers la fenêtre, l’ouvrit , et ,brandissant son bras en direction de la maison voisine tempêta : « C’est encore Monsieur Rienderien qui nous épie avec ses jumelles mais le soleil se reflète sur les objectifs et fait cette sorte d’ombre claire sur le mur ! Il n’a vraiment rien à faire de ses journées ! » Et Grand-Maman ferma rageusement la enêtre et les rideaux.

Elle prit alors la petite clef dorée et la fit tourner dans la serrure de la vitrine. Crouic ! La porte s’ouvrit et elle saisit doucement la jolie petite boîte.

« C’est cette petite boîte, vois-tu, Toufilou, qui intrigue tant ton frère et ta sœur . J’y tiens énormément car elle est très précieuse. »

« Mais Grand-Maman pourquoi est-elle si précieuse ? Que contient-elle ?»

« C’est un secret, Toufilou, que je ne peux dire à personne »

« Pas même à moi ? Je ne répéterai rien... »

« Pas même à toi, petit canaillou. Je suis d’ailleurs sûre que tu le répéterais aussitôt ! dit Grand-Maman avec un clin d’œil amusé.Elle rangea aussitôt la petite boîte dans la vitrine et -crouic! - en referma la porte.

Toufilou fut aussi déçu que l’avaient été Tougrand et Tousourire. Il embrassa Grand-Maman et partit, non sans avoir pris au passage une autre madeleine.

Dimanche 16 décembre 2018

Les joues encore pleine du gâteau, Toufilou courut rejoindre ses aînés qui discutaient dans le jardin et s’écria tout fier « J’ai vu la petite boîte secrète de Grand-Maman ! »

Étonnés, Tougrand et Tourire se tournèrent vers lui : « Alors que contient-elle ? »

Toufilou rougit : « Bah, je ne sais pas ! Grand-Maman m’a dit que c’était un secret ... »

- « … que la petite boîte était un mystère, que le principe même d’un mystère était de rester secret et qu’il était bon de respecter le jardin secret des autres ! Nous savons déjà que Grand-Maman ne veut rien nous dire ! »

Les trois enfant se regardèrent, déçus et moroses : « Comment faire pour découvrir le contenu de la petite boîte ?»

Un bruit de frottement se fit entendre de l’autre côté de la haie :

« Psst ! Les enfants ! Vous voilà bien tristes ! Ce n’est pas étonnant : la vie est si décevante... »

C’était la voix de Monsieur Rienderien ! « J’ai bien vu tout à l’heure avec mes jumelles comment votre Grand-Maman a chagriné le petit Toufilou en refusant d’ouvrir la petite boîte ! »

Les deux frères et la sœur se regardèrent, gênés : de quoi se mêlait leur voisin aigri ? Ils allaient s’éloigner lorsque la voix persiflante de Monsieur Rienderien reprit : « Moi, je connais la solution, petits nigauds... »

Lundi 17 décembre 2018

Les trois enfants frissonnèrent en entendant la voix aigre de Monsieur Rienderien : « Il suffit de subtiliser la petite boîte de votre Grand-Maman, de regarder ce qu’elle contient et la remettre en place ! A trois, vous devriez y arriver aisément ... si vous ne jouez pas de malchance ! ». Il ricana en s’éloignant.

Tougrand, Tousourire et Toufilou restèrent interloqués. Vraiment leur voisin se mêlait de ce qui ne le regardait pas ! Et son conseil était bien malveillant : ils n’avaient pas envie de trahir la confiance de Grand-Maman ! Et puis son allusion à la malchance ! Personne ne jouait de malchance dans la famille : tout réussissait toujours merveilleusement bien !

Un grand silence se fit , chacun réfléchissant de son côté. Tougrand fronçait les sourcils, cherchant une solution rationnelle ; Tousourire plissait les yeux, cherchant une solution séduisante ; Toufilou se frottait la pointe du nez, cherchant une solution amusante.

Au bout d’un certain temps, ils se regardèrent tous les trois et s’écrièrent ensemble : « Je crois que j’ai une idée ! »

Mardi 18 décembre 2018

« Comme nous avons toujours de la chance, nous allons discrètement regarder ce que contient la boîte sans la voler pour autant ! Même Monsieur Rienderien ne peut nous transmettre sa guigne ! »

Tougrand eut comme un remord : «Grand-Maman cependant a bien dit qu’un mystère devait rester secret et qu’il était bon de respecter le jardin secret des autres... ».

Tousourire pencha la tête sur le côté et plissa les yeux : « Tu as raison mais si nous connaissions le contenu de la petite boîte, nous serions encore plus proches de Grand-Maman... »

Et Toufilou se mit à rire : « Vous vous posez trop de questions ! Si nous ne faisons que regarder ce qu’elle contient et que nous ne disons à personne ce que nous aurons appris, le mystère sera respecté ! »

Les deux aînés se mirent à rire à leur tour : « Tu as raison Toufilou ! L’essentiel est que nous gardions absolument le secret ! » . Ils entrecroisèrent leurs mains et prêtèrent un serment solennel de silence.

Ils élaborèrent aussitôt un plan d’action. Tougrand qui connaissait bien les lieux et la cache de la petite clef dorée se chargeait de prendre la boîte, pendant que Tousourire, à qui personne ne résistait occuperait Grand-Maman dans le séjour, et que Toufilou , qui était malin, guetterait dans le couloir le moindre bruit. L’opération aurait lieu le lendemain, jour où Grand-Maman regardait longuement des documentaires à la télévision.

Satisfaits de leur projet, ils se séparèrent.

Mercredi 19 décembre 2018

Le lendemain les trois enfants passèrent une journée étrange entièrement tournée vers leur opération « petite boîte de Grand-Maman ». Ils ne mangeaient pas vraiment : ils pensaient à la petite boîte de Grand-Maman. Ils ne jouaient pas vraiment : ils pensaient à la petite boîte de Grand-Maman. Ils ne lisaient pas vraiment : ils pensaient à la petite boîte de Grand-Maman. Ils parlaient pas vraiment : ils pensaient à la petite boîte de Grand-Maman. Bref, ils avaient la tête ailleurs et si l’heure des documentaires regardés par Grand-Maman n’était pas enfin arrivée,ils auraient fini par sembler bien malades aux yeux de leurs parents.

Leurs yeux se mirent enfin à retrouver leur éclat et chacun prit sa place. Tousourire alla s’asseoir dans le canapé à côté de Grand-Maman, avec son certain sourire, la tête penchée sur le côté et les yeux un peu plissés.

Toufilou s’installa dans le couloir avec sa voiture téléguidée qu’il faisait rouler de long en large tandis qu’il épiait attentivement le moindre bruit dans la maison.

La voie était libre pour Tougrand qui avait soigneusement minuté son entrée dans la chambre de Grand-Maman et chaque geste à faire pour ouvrir la vitrine, saisir la petite boîte, l’ouvrir et la remettre en place.

Jeudi 20 décembre 2018

Tougrand entra doucement dans la chambre de Grand-Maman et vérifia que tout était tranquille. Il aperçut la petite lueur dont Toufilou avait parlé et se dépêcha de fermer les rideaux : il ferait beau que Monsieur Rienderien soit le témoin de sa forfaiture !

Puis il ouvrit l’armoire et glissa la main sous une pile de linge et sentit la petite clé dorée : première étape réussie. Il introduisit la clé dans la serrure de la vitrine et… « crouic ! » la porte s’ouvrit. Tougrand sentait son cœur battre à tout rompre : jusqu’où pouvait-on entendre ce « crouic » ? Mais Toufilou n’annonça aucune visite impromptue. Deuxième étape réussie !

Tougrand avança alors la main et saisit délicatement la petite boîte parmi les autres bibelots. Son cœur se mit à battre encore plus fort. Qu’elle était légère ! Et si fragile! D’émotion, les doigts de du garçon devinrent humides et Tougrand posa la petite boîte sur un guéridon afin de ne pas la tacher. Troisième étape réussie !

Arrivait le moment le plus crucial de l’opération : découvrir le contenu du trésor !

Avec une précaution infinie, Tougrand saisit le couvercle pour le soulever …

Vendredi 21 décembre 2018

mais la petite boîte ne s’ouvrit pas.

« Allons bon ! Se dit Tougrand, il doit y avoir un petit bouton que je ne vois pas. » Il retourna la boîte dans tous les sens mais ne vit rien de tel. « Une serrure ? » Il fit de nouveau pirouetter la boîte mais ne trouva aucune forme de serrure. Il essaya de faire pression sur le couvercle, sur les parois , sur le fond de la boîte mais non, non et non, elle refusa de s’ouvrir !

« Ce n’est pas possible ! Cette boîte est magique ! Il faut peut-être prononcer une formule spéciale ? » Et Tougrand se mit à énumérer toutes les formules qu’il connaissait  : « Sésame, ouvre-toi ! Abracadabra ! Hocus pocus ! Pied sur feuilles ! Nasguette ! Adalboro ! Biscara-biscara-bam-souya ! Bonjour ! Au revoir! Merci ! Je t’aime ! …. » Mais le couvercle restait bien scellé.

«Grand-Maman a peut-être écrit le code sur un carnet ? » Et Tougrand se mit à fouiller dans les papiers du bureau, de l’armoire… sans rien trouver.

Le temps passait : Tougrand craignant que sa grand-mère ne finisse par revenir dans sa chambre, décida de remettre la petite boîte à sa place. « Crouic ! » il ouvrit la vitrine .

Il tenait encore dans sa main le précieux objet lorsqu’il entendit soudain la porte de la chambre s’ouvrir derrière lui.

Samedi 22 décembre 2018​​​​​​​

Inquiet, Tougrand se retourna, la petite boîte dans la paume de sa main ouverte : il allait être surpris par Grand-Maman !

Mais, non ! Ce n’était que Toufilou qui trouvait le temps bien long et venait voir ce qui était arrivé à son frère. : « Alors, tu as ouvert la petite boîte ? Que contient-elle ? Ce doit être magnifique pour que tu restes si longtemps ici ! »

Tougrand, tristement, raconta ses déboires. « Mais toi, Toufilou qui es si futé, tu arriveras peut-être bien à l’ouvrir... » Et il tendit le mystérieux objet à son petit frère.

Toufilou, flatté par le compliment, attrapa la boîte et la fit pirouetter en tous sens, persuadé qu’elle s’ouvrirait aussitôt comme par miracle. Mais il n’y eut point de miracle et le couvercle ne se souleva point. Il rendit le petit trésor à Tougrand qui -crouic !- rouvrit la vitrine quand à nouveau la porte de la chambre s’entrebâilla, laissant apparaître la frimousse de Tousourire.

« Mais que faites-vous là tous les deux ? L’émission que regardait Grand-Maman se termine et elle va revenir dans sa chambre d’un instant à l’autre ! » Les deux frères malheureux, lui montrèrent le couvercle hermétiquement fermé.

Elle sourit, attristée à son tour. « Bigre, bigre, Monsieur Rienderien nous a porté malchance avec ses ricanements ! Tant pis ! Réjoussons-nous car nous respecterons finalement le secret de Grand-Maman ! Mais rangeons la boîte et filons vite avant que Grand-Maman ne revienne ! »

« Crouic-crouic ! » La petite boîte rejoignit les autres bibelots de la vitrine et les trois lascars sortirent aussitôt dans le couloir.

Ils faisaient juste mine de jouer avec l’auto télécommandée de Toufilou quand Grand-Maman arriva. Avec un curieux petit sourire en direction des enfants , elle entra dans sa chambre.

Tougrand, Tousourire et Toufilou s’empressèrent de regagner leurs chambres.

Dimanche 23 décembre 2018

Les jours qui suivirent furent particulièrement étranges : les trois enfants semblaient perplexes en permanence et Grand-Maman avait toujours ce curieux petit sourire dès qu’elle les regardait.

De son côté , Monsieur Rienderien jubilait derrière sa fenêtre dès qu’il voyait passer dans la rue un membre de la famille Toutoutou devenue morne : « Pfff ! Je savais bien que leur félicité ne pourrait durer ! Ils sont devenus sinistres maintenant ! Pffff je l’avais bien dit… ! »

Vint le temps de l’Avent et des soirées réconfortantes où toute la famille se réunissait pour chanter ensemble des mélodies de Noël. Mais les enfants manquaient singulièrement d’enthousiasme. Grand-Maman, toujours accompagnée de son curieux petit sourire, promit à tous une belle surprise pour la nuit de Noël, pourtant, elle ne reçut pour réponse que trois « Pfff ! » désabusés.

« Saperlipopette ! Voici que les enfant réagissent comme notre aigre voisin mais je suis sûre que demain tout va changer... »​​​​​​​

Et ce fut la veillée de Noël. Tougrand, Tousourire et Toufilou étaient encore moroses quand ils s’assirent au pied du sapin de Noël, à leur place préférée, près des cadeaux. Grand-Maman s’installa au milieu d’eux, une main cachée sous son châle. « Ce soir je ne vous raconterai pas une histoire de Noël et, pour la première fois, je n’ai déposé aucun cadeau au pied du sapin…. »

« Pfff… » soupirèrent les enfants.

« … non, j’ai préféré vous offrir un trésor plus précieux ... »

à suivre ...

 

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>